Koungheul: des techniciens formés sur les bonnes pratiques d'adaptation au changement climatique
Koungheul (Kaffrine), 17 fév (APS) ?Vingt-deux techniciens et agents de développement du bassin arachidier (Kaolack et Kaffrine) et du Sénégal oriental (Tambacounda) ont reçu, lundi, leur certificat de fin de formation en ?'facilitateurs de champs-écoles agropastoraux'' (CEAP), un programme mis en oeuvre par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a constaté l'APS.
La formation des facilitateurs des champs-écoles agropastoraux (CEAP) est une approche de formation de la FAO sur les bonnes pratiques d'adaptation au changement climatique appliquées au pastoralisme, a expliqué le chargé de ce programme, Makhfousse Sarr.
Il s'exprimait au terme de la journée ?'portes-ouvertes'' sur les résultats de la formation des facilitateurs des champs-écoles agropastoraux dans le bassin arachidier et le Sénégal oriental, en présence des autorités administratives de Koungheul et des élus locaux.
Cette journée marque la fin d'une série de sept sessions de formation démarrées en juillet 2019.
La formation a regroupé des agents techniques de l'élevage, des eaux et forêts, de l'agriculture et des animateurs de projets et organisations professionnelles.
Selon Makhfousse Sarr, cette formation de facilitateurs de champs-écoles agropastoraux est organisée dans le cadre du projet ?'Intégration de la résilience climatique dans la production agropastorale pour la sécurité alimentaire dans les zones rurales vulnérables travers l'approche des champs-écoles paysans''.
Ce projet, a-t-il expliqué, ?'vise contribuer la réduction des menaces induites par le changement climatique en introduisant des actions d'adaptation au changement climatique travers les champs-écoles paysans et les champs-écoles agropastoraux''.
Il a signalé que ces formations ont, entre autres, permis de familiariser les participants avec les principes et les outils de l'approche ?'champ-école agropastoral (CEAP).
?'Elles ont également permis d'introduire les thématiques prioritaires relatives l'amélioration de la santé animale, aux bonnes pratiques avicoles rurales, aux bonnes pratiques des cultures maraichères et vivrières et la gestion et la valorisation des produits forestiers non ligneux'', a ajouté M.Sarr.
?'Aujourd'hui, nous constatons les effets du changement climatique dans le monde, particulièrement dans le Sénégal. Et, pour pouvoir diffuser cette bonne pratique d'adaptation au changement climatique, il fallait s'appuyer sur des outils que la FAO a développés travers le monde et qui permettent de pouvoir échanger avec des agents techniques et communautés de base, afin qu'ils puissent diffuser ces bonnes pratiques'', a-t-il expliqué.
Il a souligné qu'il y a eu au terme de cette formation, une "acquisition de connaissances sur les bonnes pratiques et sur le changement de comportement''. Il a invité les bénéficiaires diffuser ces pratiques une échelle beaucoup plus grande.
Aujourd'hui, dit-il, le projet de la FAO a formé 86 agents technique du Sénégal dans l'objectif de faire face au changement climatique.

Nous vous recommandons