L'épouse de Habré dément l'administration pénitentiaire : « Oui, l'état de santé du Président Habré est en constante dégradation »

L'épouse de Habré dément l'administration pénitentiaire : « Oui, l'état de santé du Président Habré est en constante dégradation »

Seneweb Le 2019-11-13  Source

En effet, ledit quotidien a fait état des soucis de santé du Président Habré. « Ne pas vouloir parler de la Santé d'un homme ou manœuvrer pour faire croire qu'il va bien et surtout dans leur entendement « Hissein Habré ne peut qu'aller bien », alors qu'il a déj passé 6 années de prison son âge. Cette position montre bien le sens de cette peine de prison vie et justifie pleinement nos inquiétudes », a-t-elle écrit dans un communiqué dont Seneweb détient une copie.

Avant d'accuser : « depuis juin 2015, c'est--dire depuis plus de 4 ans, aucun médecin de l'administration pénitentiaire ne s'est préoccupé de son état de santé ni ne lui a rendu visite. Grâce l'alerte de Vox Populi, aujourd'hui, en début d'après-midi, un Inspecteur et un Médecin se sont rendus la prison pour une simple visite « cause des médias » et non pour attester d'un quelconque état de santé. A la suite de quoi, un démenti a été envoyé la presse ». La femme de Hissein Habré a aussi déclaré : « Ceci pour dire que l'administration pénitentiaire n'a jamais souhaité gérer la Santé du Président, tout simplement, parce que la voyant se dégrader chaque jour, d'une part et d'autre part, faisant le constat qu'il n'y avait aucune écoute, aucune réelle écoute des autorités politiques sur la question de la santé du Président, elle a préféré laisser la famille : le soin d'agir quand il est malade, de chercher un médecin, de prendre les rendez-vous médicaux, d'acheter les médicaments et de veiller ce qu'il aille mieux ».

Par voie de conséquence, dit-elle, « l'administration pénitentiaire ne peut pas parler de la Santé du Président Habré ». « Elle s'est limitée le conduire ses rendez-vous. Cela fait 6 années, que je gère la santé du Président avec les équipes la direction de la prison du Cap Manuel. Il est évident que cette question sensible et qui dérange tant, ne relève pas de leur compétence exclusive », a laissé entendre Fatimé Raymonne Habré.

Nous vous recommandons