«L'Etat ne maitrise plus l'évolution de cette épidémie»

La gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 n'agrée nullement le président du Mouvement Agir. Selon Thierno Bocoum, les autorités étatiques ont perdu le contrôle de l'évolution de cette épidémie et se limitent à confiner les Sénégalais dans des comptes rendus quotidiens sans aucune signification scientifique. A l'heure actuelle, indique thierno Bocoum, il faut des mesures concrètes, avec une batterie d'actes d'accompagnement afin de prendre de l'avance sur la crise à venir.

«La question du Coronavirus n'est pas du cinéma», recadre d'emblée le président du mouvement agir, Thierno Bocoum. Dans un communiqué parvenu à «L'as», il fustige le mode de gestion de la pandémie du Covid-19 par le gouvernement. Il trouve en effet que l'Etat du Sénégal a tardivement pris des mesures pour limiter la propagation du coronavirus.

«Quand le Président Macky Sall disait dans son adresse à la nation, lundi 23 mars, que l'heure est grave, on avait souhaité qu'on n'en arrive pas à cette situation. «Qu'il ne le dise jamais, mais qu'il l'anticipe. Et on avait averti. L'heure était déjà devenue grave partout ailleurs où le virus avait fait son entrée. Nous n'avions aucun moyen d'être des exceptions.

Ni du point de vue technique ni du point de vue logistique et humain. oui l'heure est grave, mais la posture de l'Etat est loin de refléter une bonne appréhension du degré de gravité de la situation», se désole l'ancien député de Rewmi.

De l'avis de Thierno Bocoum, il ne fait aucun doute que le Gouvernement fait actuellement dans le tâtonnement. «L'Etat du Sénégal ne maîtrise plus l'évolution de cette épidémie et ne cesse de nous confiner dans des comptes rendus quotidiens qui n'ont aucune signification scientifique, compte tenu du nombre insignifiant de personnes testées.

L'arrivée des cas communautaires rend ridicule cette posture de maîtrise de l'évolution du virus qu'ils veulent nous faire ingurgiter», martèle le leader de Agir qui invite ainsi les autorités à s'arrêter et opérer une nouvelle démarche. Il propose au gouvernement une batterie de mesures pour prendre de l'avance sur la crise à venir. «Il faut très rapidement mettre à exécution les mesures d'aide aux populations. Il faudra endiguer une crise humanitaire qui viendra s'ajouter inévitablement à cette crise sanitaire.

Il faudra mettre tous les fonds disponibles dans cette guerre, y compris les différents fonds politiques, en attendant les soutiens externes», indique Thierno Bocoum qui recommande également aux autorités gouvernementales d'impliquer les collectivités locales pour que leurs budgets soient réorientés dans l'urgence du combat contre le Covid-19. Par ailleurs, il propose l'interdiction des rassemblements dans les «grand-places» et autres lieux de rencontre le jour, pour être en cohérence avec le couvre-feu de la nuit.

Nous vous recommandons

Actualité

Vingt ans après, les plaies toujours

Slateafrique

Actualité

Moussa Ndiaye raconte son 31 mai 2002

Senegal7