À la Découverte du Yela - Un chant qui fait vibrer les héros

À la Découverte du Yela - Un chant qui fait vibrer les héros

Lignedirecte Le 2017-02-25  Source

Le Yelà signifie originellement ?voeux exhaussés'. À l'origine, un chant d'action de grâces, dédié, dit-on, en particulier au clan des Sissibés (originaires du Boundou) et celui des Déniankobé (originaires de Fouta). Avec le temps, et comme il était fort apprécié des Puular, il est devenu un panégyrique que les maîtres griots chantent pour leur chefs (?abô ou ?ardô) en leur honneur. Le ?Yelà est surtout une danse au rythme lent et envoûtant et peut être divisé en quatre parties. EnQuête vous le fait découvrir.

Le Yelà, un genre poétique et musical pulaar. Il reste le plus populaire dans cette culture. Il est caractérisé par des chants entonnés par des femmes griottes et rythmés par des calebasses (numbali) et des gourdes (bolong). Les couplets racontent chacun une des pages les plus glorieuses de l'histoire du Fouta et du Boundou. Il est un mode privilégié d'exaltation des valeurs du groupe social. Il est, pourrait-on dire, le chant quotidien des femmes griottes. Par la magie des mots et des sons, il rappelle à certains qui l'écoutent leurs origines. Il reste l'une des meilleures illustrations du pouvoir d'action de la parole. On peut retrouver 4 types de Yelà dans le milieu pulaar. Ainsi, est distingué le Yela Sissibé qui ne chante que l'histoire de Malick Sy qui a fondé l'Etat du Boundou au 17e siècle. Le Yela Sebbé qui ne relate que l'histoire des Déniankobés entre le 16e et le 17e siècle. Ce Yelà a continué avec la révolution maraboutique de Thierno Souleymane Baal. Ce dernier peut être chanté en 2h de temps sans pour autant finir. Il y a aussi le Yela Torobé qui est uniquement réservé au clan du même nom auquel appartiennent ceux qui se nomment Ly, Kane, Wané On trouve aussi le Yela Foulbé. Il est juste dédié aux peuls portant les noms Sow, Ba, Ka, Diallô Ce Yela relate l'histoire de Samba Guéla Djégui.

Cependant, il existe une différence entre le Yela du Boundou et celui du Fouta. Dans chaque contrée, les griots ne s'intéressent qu'à l'histoire de la localité. Par contre, précise la griotte Houlèye Lama Binta Seck, chanteuse, il est difficile de voir un Gawlo du Boundou et un Gawlo du Fouta chanter ensemblé?. Certes tous les Yela racontent une histoire, mais chacun d'entre eux a ses textes qui lui sont propres. On peut juste assurer les choeurs pour les autres genres, mais on ne peut pas chanter ensemblé?, précise-t-elle.

De l'avis de la fille de la grande cantatrice Lama Binta Seck, ce sont les Gawlo du Boundou qui sont à l'origine des variations notées dans les textes mais les peuples du Boundou et du Fouta sont les mêmes; seules les histoires relatées diffèrent. En outre, le Yelà est né dans le Fouta et a suivi le déplacement des populations pour s'implanter dans le Boundou, une partie du Sénégal, où il a conquis ses lettres de noblesses. Selon Dr Ibrahima Wane, professeur de littérature africaine au département Lettres modernes de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), si l'on se fie au répertoire, à ce qu'on dit du Yela, il est étroitement lié au pouvoir dénianké, la dynastie qui était au pouvoir au Fouta Toro au nord du Sénégal entre le début du 16e siècle et la fin du 18e siècle. Ces dénianké étaient connus entre le 16e et le 17e siècle par les combats qu'ils ont menés. Le Yela est très liée à la bataille, à la guerre et à la violence au pouvoir politique et militairé?.

Le Yela est chanté par les femmes avec une mélodie ritournelle. Yelà veut dire les voeux exhaussés. Ce chant qui sert à ragaillardir les jeunes lors des cérémonies de circoncision se retrouve aussi dans les mariages pour les bains rituels accompagnant les veillées douces au clair de lune. Les baptêmes sont aussi des moments d'expression de ce genre musical. Lors des fêtes, celui qui a la chance de se trouver dans le viseur des Gawlos (griots) peut-être rehaussé au sein de la communauté, mais il doit se montrer généreux avec ceux-là qui chantent ses louanges.

Les instruments traditionnels qui accompagnent le Yela sont les bolongs, sortes de cruches utilisées avec une rythmique accompagnant la gestuelle des mains et des pieds, ample et saccadée. Les danseurs, magnifiques dans leurs grands boubous, tournoyant des foulards au-dessus des têtes. Yela, yélé, la musique reste, la voix, l'air et la symphonie aussi qui appellent une dimension religieuse, culturelle et rituelle. Ce chant accompagnait les pionniers dans leur combat avec le cheval dépeint à travers sa noblesse, et la fidélité qui le caractérise dans son cheminement aux côtés de l'homme, de ses combats et ses voyages. Le Yelà, poursuit le Pr Wane, sert aussi à encourager le griot, à le galvaniser, le pousser à aller au combat, à vaincre et à défendre son honneur. Il sert aussi au retour du combat à chanter la bravoure, la grandeur, le courage, la générosité du guerrier. C'est un chant autour des valeurs guerrières, morales et sociales.

Le Yela est très liée à la guerré?

A l'origine, seules les femmes griottes chantaient le Yela mais aujourd'hui, cela a évolué. On voit aussi les hommes chanter le Yela. On peut dire que ce sont ces derniers qui ont modernisé d'ailleurs ce genre, car ils ont précédé les femmes sur la scène moderne avec des instruments comme le Hodù et la guitare occidentalé?, explique Dr Wane. Mais, malgré cette modernité, dit-il, le Yela continue à se jouer de façon traditionnelle et dans des cadres traditionnels. C'est-à-dire, il y a toujours cet espace traditionnel avec les femmes assisses à même le sol sur des nattes avec le même art vestimentaire. À côté, il y a le Yelà qui est en évolution, qui épouse les nouveaux contextes. Ainsi, il note qu'il y a une production traditionnelle et une moderne qui évoluent à la réalité de la ville et celle du show business. Son avis n'est pas celui de la griotte Houlèye Lama Binta Niang. Aux dires de cette dernière, le Yelà perd son originalité une fois modernisé. On ne doit pas le moderniser au risque de sortir de la gamme. Le Yela est un genre musical purement traditionnel. C'est pourquoi, personnellement, je suis contre sa modernisation. Sinon, se limiter à le rythmer avec des Koras et balafons, pas plus, plaide Houlèye Lama.

Le Yelà porté sur les scènes du monde

Par ailleurs, le Yela est de nos jours porté aussi sur les scènes du monde par les artistes issus d'autres catégories sociales, à l'image de Baaba Maal. C'est dire donc que ce patrimoine collectif est tout simplement devenu le trait d'union des Haal pulaar de l'Afrique de l'Ouest, car il est au confluent de l'éthique et de l'esthétique pulaar. Une ouverture de plus qui n'agrée pas la jeune griotte Houlèye Lama Binta Niang. Le Yela est uniquement réservé aux Gawlo. Personne d'autre n'a le droit de le chanter. On a tendance à le banaliser. C'est pourquoi chacun se permet d'en user. Ils peuvent se permettre de le faire mais ils ne connaîtront jamais les secrets de cette musiqué?, déplore-t-elle. Elle est encore plus frustrée par le statut de Roi du Yelà attribué à Baaba Maal. Il n'a aucune légitimité pour être roi du Yelà, indique-t-elle. Tout le monde sait qu'il est Thioubalo (pêcheur) et un Thioubalo ne peut pas être un roi du Yela. Si cela est permis, c'est parce qu'il est parrainé par Mansour Seck qui est un Gawlo. Mais aussi si le Yela est connu de par le monde c'est grâce à Baaba Maal. On est reconnaissant pour tout ce qu'il a fait pour le rayonnement de cette musique mais cela ne fait pas de lui un roi du Yela. Chacun doit se limiter à son domaine. Aussi, selon elle, on naît griot mais on ne le devient pas. Et grâce au Yelà, beaucoup de griots arrivent à bien vivre en commençant par elle et ses s'urs. Tout ce que j'ai gagné dans ma vie par la grâce de Dieu, je l'ai eu en chantant du Yela. Grâce au Yela, j'ai sillonné l'Afrique et presque le monde entier. J'ai aussi pu faire le tour de tout le Foutà, conclut-elle.

HABIBATOU WAGNE (EnQuête)

→ Lire l'article au complet sur Lignedirecte



Nous vous recommandons