La Fédération Française de Football condamnée pour harcèlement sexuel

Par , publié le .

Actualité

Une ancienne salariée de la FFF avait porté plainte contre l’institution en 2018 après avoir victime de harcèlement de la part de l’ancien directeur financier.

Il semblerait qu’en ce moment, « football français » rime avec « justice ». Suite aux affaires Benjamin Mendy, Lucas Hernandez et en plein procès de l’affaire de la « sextape » impliquant Mathieu Valbuena et Karim Benzema, la FFF vient en effet d’être rappelée à  l’ordre.

La Fédération française de football vient en effet d’être condamnée à  10 000 euros de dommages et intérêts par le conseil des Prud’hommes de Paris pour « harcèlement sexuel » sur une ancienne salariée et « manquements à  des obligations de sécurité ».

La condamnation de la FFF a été relayée par l’Equipe. Tout commence en 2018 lorsqu’une employée de la FFF, alors en CDD, dépose plainte contre le directeur financier de l’institution (qui était son supérieur hiérarchique). Ce dernier aurait notamment tenté de l’embrasser de force et multiplié les comportements déplacés. l’époque, la plainte avait été classée sans suite alors que l’inspection du travail allait dans le sens de la plaignante.

l’époque, le directeur financier avait été sanctionné en interne par un simple rappel à  l’ordre. La FFF avait dans le même temps créé une formation « anti-harcèlement » à  destination de ses salariés.

Insatisfaite de cette décision, l’ex-employée avait alors pris la décision de se tourner vers les Prud’hommes pour y plaider son cas. C’est en se basant sur le rapport de l’inspection du travail que le tribunal des Prud’hommes de Paris a décidé de condamner la FFF. Des « comportements dépassant largement les conventions régissant les relations entre responsable et subordonnés en usant d’allusions, de propos et de gestes à  connotation sexuelle de manière répétée » ont notamment motivé cette décision.

Si elle n’a pas encore reçu la notification de cette décision de justice, la FFF a d’ores et déjà  indiqué qu’elle ferait appel.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)