La «méga maladresse» et la «blague» du Bayern, «Mbappé injouable»: la presse européenne unanime

Par , publié le .

Actualité

Kylian Mbappé, auteur d’un doublé lors de l’exploit du PSG face au Bayern Munich (2-3), a salué «une super performance collective» en quart aller de Ligue des champions, vantant un groupe capable de «souffrir en équipe». Mais la presse européenne a surtout loué la prestation individuelle du jeune Français et son «nouveau festival». Autre constat généralisé, la maladresse frappante des Allemands. 

Pas toujours compliqué de résumer un match de foot. La tendance est parfois tellement limpide, que la place à  l’interprétation est réduite quasi à  néant. Sans surprise, les grands journaux spécialisés tirent deux conclusions similaires au lendemain du choc spectaculaire entre le Bayern et le PSG: le Bayern était trop maladroit, Mbappé trop fort. 
Le réputé quotidien allemand Bild s’agace de «la méga maladresse du Bayern face au PSG», alors que Kicker rend hommage au «match winner Mbappé». Même tonalité pour Focus online: «Les Munichois étaient meilleurs que le PSG: cette défaite est une blague (…) mais le Bayern a échoué à  cause de son incapacité atypique à  convertir ses occasions en but, et de ses faiblesses défensives bien connues».

Souvent citée du côté du Real, la star parisienne a une nouvelle fois charmé l’Espagne. En une, le journal AS évoque le «nouveau festival Mbappé». Pour Marca, «Mbappé a mis le Bayern en désordre». Plus pragmatique, le Mundo Deportivo opte pour «Mbappé fait tomber le champion». 
Si l’encart principal est évidemment réservé à  l’Inter, la Gazzetta dello sport trouve une place sur sa première page pour saluer le «Super Mbappé». «Il ne lui reste qu’un an de contrat, tout le monde va vouloir faire la queue parce que sous cette forme, il est injouable», s’enthousiasme Owen Hargreaves, consultant de la chaîne britannique BT Sport. «Neymar à  29 ans n’est probablement pas aussi essentiel que Mbappé», conclut-il.

En France, l’Equipe s’inspire des étonnantes conditions hivernales pour titrer « déguster glacé». Le Parisien s’emballe un peu plus avec un «Paris héroà¯que». 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut