La ruée vers l’or artisanal du Sahara et du Sahel

Par , publié le .

Actualité

Depuis le début des années 2000, on assiste à  un fort développement de l’orpaillage, autrement dit l’exploitation artisanale de l’or, au Sahara et au Sahel. Regard sur cette situation, en deux volets, avec pour commencer un entretien avec le géographe Géraud Magrin qui dresse un état des lieux des ruées vers l’or qui ont enflammé cette partie de l’Afrique. 

Géraud Magrin est professeur de géographie à  l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et directeur de l’UMR Prodig (Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique), spécialisé sur les activités extractives en Afrique et auteur d’articles parus dans Hérodote en 2019 sur les ruées vers l’or au Sahara Sahel et sur l’or en Mauritanie dans la revue l’Espace Politique en 2020. 

RFI : Géraud Magrin, l’Afrique connaît-elle une intensification de son exploitation aurifère ?

Géraud Magrin : Depuis le début des années 2000, l’Afrique connaît une nouvelle intensification de l’exploitation de son or, mais ce n’est qu’une nouvelle page d’une histoire très ancienne. Depuis l’époque romaine, l’exploitation de l’or a été le support de construction politique importante en Afrique de l’Ouest notamment par le royaume du Mali.  Des provinces anciennes de cet empire, qu’on appelait le Bambouk et le Bourré, situées à  la frontière de la Guinée et du Mali, ont été d’importantes zones de production d’or depuis le Moyen-à‚ge. Le pays Akan, entre le Ghana et la Côte d’Ivoire, le pays Lobi entre le Burkina et la Côte d’Ivoire ont aussi produit de l’or depuis extrêmement longtemps, comme la vallée du Nil l’a fait depuis l’Antiquité. Dans ces régions, l’exploitation a été plus ou moins intermittente. Il y a eu des moments o๠elle a été très intense et d’autres o๠elle l’était moins, en fonction de l’évolution politique et du contexte économique global. D’une manière générale, avec la découverte du Nouveau Monde par les Européens à  la fin 15e siècle, l’or africain a perdu de son poids géopolitique au niveau international. 

Or, depuis le début des années 2000, on assiste à  un nouveau développement de l’activité aurifère sur le continent. A la suite des encouragements institutionnels de la Banque Mondiale dans le cadre de plans d’ajustement structurel, des codes miniers ont été refaits pour rendre plus attractif l’investissement industriel dans l’or et dans la même temporalité, on a vu une intensification de l’exploitation artisanale de l’or. En parallèle, l’augmentation du prix de l’or au niveau international a joué un rôle important. Les cours de l’or ont commencé à  augmenter progressivement au début des années 2000 et puis vers 2005-2006 cette hausse s’est accélérée. Elle ne s’est pas ralentie avec la crise économique de 2008-2009 qui a pourtant touché beaucoup de matières premières, car l’or est apparu à  ce moment-là  comme une valeur refuge. Les cours sont restés très élevés, ils ont un petit peu baissé en 2011-2012 et puis en 2017, mais ils sont repartis à  la hausse en 2018 et maintenant ils sont à  des niveaux historiques très élevés. L’once d’or en 2004 était à  400 dollars, en juillet 2019 elle était à  2000 dollars. Donc ce haut niveau du cours de l’or au niveau mondial est un élément contextuel important pour expliquer l’intensification de l’exploitation de l’or. 

Plusieurs milliers de mineurs, venus de tout le Mali mais également des pays voisins, y cherchent de l'or en creusant des trous profonds dans le sol.
Plusieurs milliers de mineurs, venus de tout le Mali mais également des pays voisins, y cherchent de l’or en creusant des trous profonds dans le sol. RFI/David Baché

Peut-on parler de ruées vers l’or au Sahara et au Sahel ?

Il y a des endroits o๠l’exploitation de l’or était connue depuis longtemps et ne s’est jamais vraiment arrêtée, même s’il y a eu des périodes o๠cela avait ralenti comme au Burkina Faso, au Mali, en Guinée, en Côte d’Ivoire, au Ghana et dans le sud-est du Sénégal. Dans ces régions d’Afrique de l’Ouest, o๠il y avait une ancienne exploitation artisanale de l’or, celle-ci s’est intensifiée dans le contexte des années 2000. Donc on ne peut pas vraiment parler de ruée dans ce contexte-là , mais on a eu une augmentation parfois très importante avec l’apparition de nouveaux sites et l’arrivée de gens venus exploiter l’or. 

En revanche, on a davantage parlé de ruée vers l’or un peu plus au nord en Afrique sahélo-saharienne avec des déplacements massifs de populations venues exploiter l’or. Cela a commencé au Soudan vers 2008-2009, dans la vallée du Nil, entre le Soudan et l’Egypte, puis il y a eu des ruées vers l’or dans le Centre-Sud du Soudan et puis dans le Darfour. On a eu l’impression alors qu’il y avait une sorte de front non linéaire qui se déplaçait par zone géographique. Cela a commencé au Soudan, puis vers 2013 au Tibesti dans le nord du Tchad, à  la frontière de la Libye, ensuite en 2014 au nord du Niger sur le plateau du Djado et dans le massif de l’Aà¯r. En 2016, on retrouve des ruées vers l’or dans le Tchad central vers le lac Fitri, en Mauritanie, entre Nouakchott et Nouadhibou et le long de la frontière avec le Sahara Occidental jusque dans la zone de Zouerate. Enfin, en 2018, de nouvelles ruées vers l’or apparaissent sur la frontière algérienne, au nord et nord-est du Mali dans la région de Kidal. 

Carte de l'orpaillage au Sahel et au Sahara
Carte de l’orpaillage au Sahel et au Sahara © HERODOTE

Dans toutes ces régions, le mécanisme est identique. Une nouvelle circule selon laquelle quelqu’un a trouvé de l’or quelque part. Souvent ce « quelqu’un » a été en lien avec des explorations géologiques qui ont été menées parfois pour le compte du gouvernement ou pour celui d’entreprises industrielles qui ont des permis de prospection. Il y a des cartes géologiques qui se sont affinées et des gens qui ont travaillé dans des bureaux d’études ou directement pour des entreprises minières parfois juste comme chauffeurs ou comme employés, sans forcément avoir des responsabilités particulières, qui vont jouer un rôle dans les découvertes par les populations des zones aurifères. Suite à  cela, des exploitations artisanales apparaissent. Les plus importantes se structurent, mais vous avez aussi des ruées qui se déclenchent et au bout de quelques jours ou de quelques semaines, tout s’arrête. Certains sites vont fonctionner seulement quelques mois parce qu’on a trouvé plus intéressant ailleurs, ou parce que le gouvernement mène la vie dure aux orpailleurs, ou parce que les entreprises veulent les faire partir. On est donc avec ces exploitations artisanales dans une géographie extrêmement mouvante et instable, qui n’empêche pas, dans certains cas, des processus d’installation dans la durée et l’investissement dans des formes d’exploitation mobilisant des capitaux non négligeables.

Que représentent ces entreprises artisanales dans la région par rapport aux entreprises industrielles ?

Même si la ressource exploitée est la même, les réalités économiques, sociales et politiques sont très différentes. Des pays comme le Mali et le Burkina Faso ont chacun une dizaine de mines industrielles en production. En moyenne, sur chaque mine industrielle, il y a environ 2000 emplois, bien payés, mais cela ne représente que 20 000 emplois à  l’échelle de pays de 15 à  18 millions d’habitants. côté de cela, au Mali comme au Burkina, on estime qu’il y a 1,5 à  2 millions de personnes qui vivent de manière directe ou indirecte de l’exploitation artisanale de l’or. Le ratio en termes d’emplois est sans commune mesure. Par ailleurs, les mines industrielles fournissent des revenus aux entreprises, mais elles fournissent aussi des rentes aux Etats, qui peuvent représenter plus de la moitié des recettes budgétaires et de 60 à  80% des exportations, alors que la production des mines artisanales échappe, dans des proportions variables suivant les pays, au contrôle étatique. 

Au Soudan, la situation est très particulière. C’est un pays qui a une exploitation artisanale d’or très importante, encouragée par le gouvernement soudanais qui n’a pas pu se doter de mines industrielles, car le pays était sous embargo américain en lien avec les tensions géopolitiques qui remontent à  la fin des années 1990. Alors que sa rente pétrolière promettait de diminuer en 2011 avec l’indépendance du Sud-Soudan, l’Etat a encouragé l’exploitation artisanale de l’or sous son contrôle. La production d’or au Soudan est très supérieure à  celle du Mali et du Burkina Faso, de l’ordre de 70 tonnes d’or par an : c’est l’une des productions les plus importantes d’Afrique et elle est pratiquement entièrement réalisée de manière artisanale, ce qui inclut des petites mines et des processus d’extraction et de transformation largement mécanisés. 

En images

1/18
Le site de Koflatié se trouve dans le cercle de Kangaba, près de la frontière guinéenne, à  environ 140 kilomètres de Bamako.Le site de Koflatié se trouve dans le cercle de Kangaba, près de la frontière guinéenne, à  environ 140 kilomètres de Bamako.
Plusieurs milliers de mineurs, venus de tout le Mali mais également des pays voisins, y cherchent de l'or en creusant des trous profonds dans le sol.
Leur nombre est très variable : les mineurs vont et viennent, quelques semaines ou quelques mois, au gré de leurs trouvailles.
Depuis environ deux ans, des sondes de fabrication chinoise ont fait leur apparition sur le site.
Les femmes ne plongent pas au fond des puits, mais elles remontent les seaux chargés de roches et procèdent au lavage, pour séparer la terre de l'or.
Des enfants sont également présents sur le site. Les plus jeunes plongent rarement, mais transportent la terre, lavent l'or. Dans la zone, la déscolarisation est plus importante que dans le reste du pays.
Plusieurs fonctions distinctes et parfois interchangeables : creuser les puits, «couper» la terre pour créer des galeries, remonter les seaux chargés de roches, étaler les gravats, transporter la terre, laver l'or.
Les puits descendent généralement à  une profondeur de dix à  quinze mètres.
Une fois lavé, l'or est pesé et revendu à  un «balancier» qui le revendra à  son tour à  des commerçants de Bamako. Lorsqu'il ne traverse pas la frontière, en toute discrétion.
Ces jeunes Burkinabè sont des «broyeurs» : ils versent la roche dans une machine qui va la concasser pour extraire l'or.
Les mineurs ont installé, non loin des mines, un village créé de toutes pièces et qui ressemble à  un véritable camp de réfugiés.
Les habitations sont faites de bâches en plastique et de structures de bois.
Les conditions d'hygiène sont spartiates. L'insécurité, la délinquance, la prostitution ont fait leur apparition.
Ces femmes sont venues entre sÅ“urs, avec leurs enfants, pour vendre des légumes dans le camp des mineurs.

Le site de Koflatié se trouve dans le cercle de Kangaba, près de la frontière guinéenne, à  environ 140 kilomètres de Bamako. © © RFI/David Baché

Comment expliquez-vous ce fort développement des exploitations artisanales depuis 20 ans?

Il y a eu tout d’abord le prix de l’or, mais il y a aussi l’évolution des techniques et leur accessibilité. De nombreux matériaux fabriqués en Asie arrivent en Afrique à  un faible coà»t et rendent l’exploitation de l’or beaucoup plus rentable. Par exemple, l’arrivée de détecteur de métaux plus performants et moins coà»teux a été un des facteurs qui a favorisé le développement de ruées vers l’or. Mais la récupération de paillettes d’or en surface étant assez vite épuisée, ce qui permet de fixer des sites plus importants, c’est l’exploitation de gisements filoniens en creusant des puits qui sont de plus en plus profonds. Aujourd’hui, il y a des puits qui sont creusés jusqu’à  100 mètres de profondeur grâce à  des innovations en matière de coffrages (bois ou même ciment) pour leur permettre d’être plus solides et par l’usage de motopompes fabriquées en Inde ou en Chine qui permettent d’évacuer l’eau des puits et de les exploiter toute l’année. 

Le troisième grand facteur qui a contribué à  ce développement, ce sont les conditions démographiques et socio-économiques. Dans cette partie de l’Afrique, on a une croissance démographique très forte avec un très grand nombre de jeunes qui arrivent sur le marché du travail. L’économie formelle et les systèmes agricoles sont incapables de fournir des horizons socio-économiques satisfaisants pour une grande partie de ces jeunes. C’est une donnée structurelle de base qu’il ne faut pas oublier. l’échelle de l’Afrique, ce sont environ 22 millions de jeunes qui arrivent tous les ans sur le marché du travail, et dans des pays comme le Mali, le Niger et le Tchad, entre 300 et 400 000, ce qui est considérable. 

Un facteur aggravant dans les pays du Sahel réside dans la situation sécuritaire et politique, qui fait que certains secteurs comme par exemple le tourisme, qui fournissait des emplois précieux au Sahara et au Sahel pour un certain nombre de jeunes, ont quasiment disparu et donc perdu tous leurs emplois. Dans ce contexte-là , la recherche de l’or est une activité qui fournit un horizon, un espoir pour de très nombreuses personnes avec des profils extrêmement diversifiés.

L'orpaillage, l'extraction artisanale de l'or, est particulièrement vulnérable face aux groupes jihadistes au Sahel.
L’orpaillage, l’extraction artisanale de l’or, est particulièrement vulnérable face aux groupes jihadistes au Sahel. Universal Images Group Editorial via Getty Images

Ces exploitations artisanales sont-elles légales ou illégales ?  

Cette notion est toujours ambiguà«. Le cas de la Mauritanie en est l’illustration. Dans ce pays, l’Etat a défini les conditions de l’exploitation artisanale. Donc, vous pouvez faire reconnaître un droit d’exploitation artisanale. Dans la réalité, seul un très faible nombre d’acteurs effectue la démarche, paye ce qu’il faudrait et se voit reconnaître un droit officiel d’exploiter du minerai. En dehors de ce cadre, l’exploitation est illégale. Pourtant, elle se déroule massivement dans une région au centre-ouest de la Mauritanie autour de la ville de Chami, qui a été organisée par l’Etat en site de transformation. Chami est une ville de fonctionnaires construite en 2012, située à  mi-distance sur la route entre Nouadhibou et Nouakchott, pour des raisons sécuritaires et de quadrillage du territoire en plein désert. Des territoires à  proximité de la petite ville ont connu en 2016 une ruée vers l’or et l’Etat s’est dit que c’était une bonne occasion pour donner corps à  cette ville qui servait de base arrière pour ceux qui partaient exploiter l’or. Dans un rayon de 150km autour de la ville, une quarantaine de sites d’orpaillage sont répartis en 2 ou 3 zones principales. Chami, l’Etat a encadré et organisé la transformation de l’or qui est alimentée notamment par tous les sites illégaux. Les entreprises qui bénéficient de permis industriels, notamment la mine de Taziast, tolèrent plus ou moins des orpailleurs sur leur territoire, en dehors des zones exploitées. La transformation de l’or artisanal, contrôlée par l’Etat sur le site de Chami, se fait en utilisant du mercure dans des conditions sanitaires et environnementales qui posent question, alors qu’on est à  moins de 30 km à  vol d’oiseau du Parc national du Banc d’Arguin, qui est l’un des grands pôles de biodiversité en Afrique de l’Ouest. Donc, la partie exploitation reste illégale, mais la partie transformation est légale. On est là  dans un cas o๠l’Etat a une position ambiguà«, car il voit bien l’intérêt de l’activité et il la tolère.

Au Niger, l’Etat a fermé les yeux sur les ruées vers l’or dans le Djado et dans l’Aà¯r, car même s’il se méfiait des orpailleurs qui sont souvent des gens armés, et tout en redoutant que que l’or ne finance les groupes armés, il a considéré que l’or restait une soupape sociale qui permettait à  de nombreux jeunes de ne pas aller vers ces groupes armés et de trouver de quoi vivre autrement. 

Donc, la position des Etats est ambivalente. D’un côté, ils voient bien l’intérêt de cette activité, qui fonctionne comme un stabilisateur, une soupape socio-économique et politique. D’un autre côté, ils ont encore de faibles capacités institutionnelles pour contrôler effectivement une activité dispersée dans des territoires situés loin des centres nationaux, de surcroît dans des zones affectées par l’insécurité.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut