LANCEMENT D'UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D'UNE GOUVERNANCE FONCIERE

LANCEMENT D'UN PROJET DE RECHERCHE-ACTION SUR LA PROMOTION D'UNE GOUVERNANCE FONCIERE

Sudonline Le 2018-02-08  Source
Le directeur exécutif de l'Initiative prospective agricole et rurale (Ipar), Cheikh Oumar Ba, déplore la marginalisation des femmes dans l'octroi des terres au Sénégal. Elles sont dépossédées des terres au profit de grandes multinationales. Or, elles sont actuellement responsables de ménages dans plusieurs localités.

Cheikh Oumar Ba s'exprimait hier, mercredi 7 février, au lancement du projet de Recherche-Action intitulé «Promotion d'une gouvernance foncière par une amélioration des droits fonciers des femmes au Sénégal.» Pour lui, l'étude permettra dévaluer les systèmes qui sont mis en place pour permettre un accès des femmes la terre.

La présidente de la Fédération nationale des femmes rurales du Sénégal, Ndiouck Mbaye, s'offusque également du fait que seule une petite portion des femmes accède aux terres. Un fait du la méconnaissance de la loi. Et, même si elles en savent quelques choses, elles refusent de réclamer leur du cause des pesanteurs sociales.

Pour la présidente de l'Association des juristes sénégalaises (Ajs), Fatoumata Gueye Ndiaye, les lois et les Conventions internationales garantissent aux femmes un accès la terre. Cependant, les pratiques culturelles ne permettent pas aux femmes d'avoir de grandes surfaces cultivables, une tendance dont elle espère que l'étude pourrait corriger.

Le projet vise contribuer l'amélioration de l'accès et du contrôle des femmes sur les terres et leur participation dans les instances de prise de décisions pour une gouvernance foncière responsable et durable, dans un contexte d'acquisition de terres grande échelle. L'étape du lancement marque le début de la mise en oeuvre de ce projet de trois ans qui interviendra dans les zones du Delta, des Niayes et du Bassin arachidier sud. Il verra la participation d'une centaines de représentants d'organisations féminines, de parlementaires, de représentants de l'Etat et des bailleurs de fonds.

→ Lire l'article au complet sur Sudonline



Nous vous recommandons

Actualité

La commune de Ngoundiane évalue la CMU

Dakaractu