Le débat sur la dette : Méfiez-vous d'un debacle...

Le débat sur la dette : Méfiez-vous d'un debacle...

Dakarmatin Le 2020-04-10  Source

Prologue: Pendant mon illégale arrestation par l'état voyou du Sénégal, certain -e-s s'en sont réjouis mais veulent rester mes amis dans la vie ou sur Facebook: je leur demande solennellement de quitter mon espace, ils en seront exclus dès qu'identifiés.
***

C ' est le nouveau discours en ville et il fait encore plus fort que le coronavirus walhalla mais ne nous laissons pas berner par les appels croissants une annulation immédiate de la dette extérieure de l'Afrique.

Annuler sans réserve que la dette envers ses partenaires bi-multilatéraux est tellement chaude et convaincante ces jours-ci dans certains cercles que ne pas l'écouter devient un jeu risqué jouer, surtout dans un pays comme le Sénégal dont le président illégitime, Macky Sall, semble avoir En a fait son seul point de discussion au milieu de cette accablante pandémie sanitaire.

C ' est un gros dilemme. Oui, nous sommes tous d'accord que confronté un virus qui tue l'économie, non prêt affronter cette tâche montée, appauvrie, avec des défenses financières et sanitaires faibles, aucune nation africaine ne peut vaincre elle seule la situation qui est imminente.

Il est tout aussi évident que la grande majorité du peuple africain paierait le plus gros des effets négatifs, mortels, portés par cette maladie mortelle. Devraient-ils payer pour le manque de préparation de leurs dirigeants, en vérité des dealers cyniques, qui les ont principalement emmenés dans cette situation de désespoir total ? C ' est pas vrai. Il faut trouver quelque chose pour soulager leur sort.

La variable de la dette, pesant si lourdement sur eux, intervient naturellement comme l'une des options considérer comme le reste du monde, en collaboration avec le continent, cherche une réponse globale, holistique cette peste la plus complexe et meurtrière un siècle dans l'histoire humaine.

Accélérer la recherche d'un remède est une autre voie suivre, tout comme la nécessité d'accroître la coopération sur toutes les matrices afin de relever ce défi universel afin que son résultat puisse s'enfondre travers l'Afrique.

Compte tenu du désespoir qui saisissent les sociétés humaines et ceux qui les dirigent, en particulier les politiciens, dans le monde entier, il peut sembler inhumain de ne pas soutenir certaines des solutions extrêmes, y compris les annulations de dette, actuellement flottées par des dirigeants aussi malheureux
Considérant quel point cette pandémie frappe l'Afrique, l'affaire devient presque un devoir de soutien.

Et un politicien comme Macky Sall semble avoir compris qu'il y a une fenêtre d'opportunité ne pas manquer. D ' où sa frénésie appelle une nouvelle vague d'annulation de la dette de l'Afrique, un raccourci, tout en oubliant son détournement total de la crise depuis sa création, jetant ainsi le Sénégal dans un drame plus profond.
Il devient un travail facile de se tourner vers son attitude de mendiant actuelle pour une annulation totale de la dette afin de permettre aux nations africaines et leur peuple, comme le Sénégal, de garder leurs revenus nus et de les consacrer la crise de Corona et plus tard affronter ses conséquences.

Permettez-moi cependant de supplier de différer ici. Dans une période de crise comme celle-ci, un moment rare où les politiciens, des politiciens imprudents, sont désireux d'écouter, s'incliner devant un autre hasard moral qui les laisserait fuir avec leurs méfaits serait le pire acte accomplir.

En résumé, annuler ces dettes serait un signal clair envoyé ces dirigeants africains qu'il est juste d'emprunter irresponsable en temps de paix tout en couvrant une crise comme celle actuelle, les dettes seraient effacées.
Je soupçonne malheureusement que de la Banque mondiale l'ONU et même le Fonds monétaire international, il y a un récit complaisant pour justifier la proposition d'annulation de la dette.

Attendez un instant s'il vous plaît. Il faut en effet éviter d'avancer une telle voie sans clarifier la question et de proposer probablement une réponse alternative une situation grave.
D ' abord, je crois que la dette africaine ne devrait pas être annulée. La vérité, c'est que la plupart d'entre elles n'ont été élevées que pour être transmises des amis des mêmes dirigeants africains comme Macky Sall. L ' annulation reviendrait leur donner un bonus, pas aider la population africaine.

Pourquoi aussi sur terre les donateurs du continent devraient-ils être nouveau chantés pour annuler ce qu'ils sont dus comme si rien n'avait été appris des exercices précédents, comme en 2005 lorsque le Sommet de Gleneagles des nations les plus industrialisées a annulé les dettes multilatérales de l'Afrique , ou quand, partir de 1999 au dos des manifestations de Seattle contre la mondialisation et l'organisation mondiale du commerce, une campagne puissante contre l'énorme dette du tiers monde a été lancée avec succès dans le cadre du jubilé coïncidant avec la fin de 20 XVIIe siècle.

Même s'il s'est avéré qu'il s'avère qu'il s'agissait d'une campagne de relations publiques de leur fin, David Dollar, économiste de la Banque mondiale qui les a inventés, le programme de stratégies de réduction de la pauvreté conçu par l'institution financière basée Washington a été un nouvel él de nombreuses nations, principalement africains, au tournant de ce nouveau millénaire.

D ' avoir transformé ces actifs en obstacles en si peu de temps en reconstituant leurs pays des pieux de dettes disqualifient complètement les partisans de l'annulation de la dette comme Macky Sall...

Nous devons être sérieux. Commençons par rétablir le curseur sa bonne place : nous ne sommes pas satisfaits des positions des représentants des institutions financières internationales désireux de prêter attention cette récolte de demandeurs de pardon de dette.

Bien sûr, un moratoire peut être considéré ou même en bas de la ligne une réduction de l'encours de dette placer sur un compte séquestre afin de permettre des dirigeants rigoureux, sérieux et honnêtes de pouvoir utiliser leur valeur des fins de développement véritables.
Blanchir l'enrichissement criminel de quelques-uns comme c'est le cas dans les rangs du groupe actuel de défenseurs autoproclamés de l'annulation de la dette serait une insulte au droit de l'Afrique de sortir de la crise coronaire avec un nouveau sens de but et de jouer ses légitimes le rôle dans un monde différent, plus le mendiant comme Macky Sall veut qu'il reste. Ils ne peuvent prospérer que dans un vieux monde aussi sombre et interlope !

N ' annule pas ces dettes. Asseyons-nous et ouvrons les livres. Nous devons savoir qui a fait quoi avec l'énorme endettement encouru sans raisons justifiables non pas pour des projets utiles, seulement pour voler de tels produits.
Ceux qui ont emprunté pour étranguler leur pays ne devraient pas être récompensés par une annulation de dette mais renvoyés ou même emprisonnés et faits rembourser, leurs comptes et avoirs étrangers exposés et leurs crimes identifiés.

â tout sentimentalisme ni sentiment de culpabilité des donateurs étrangers : nous, le peuple africain devons poser les bonnes questions légitimes et difficiles ceux comme Macky Sall qui ont emprunté des milliers de milliards de notre monnaie nationale, le CFA, sans avoir un seul hôpital montrer pour ça. Il a joué avec notre signature nationale pour emprunter sans notre consentement et se rendre lui-même et ses amis extrêmement riches.

Annuler de telles dettes serait la mère de tous les aléas moraux et les dirigeants de nos nations seraient amenés croire que diriger irresponsable est une façon intelligente d'avancer.

Ce matin, je crie mes tripes celui qui veut entendre : n'annule pas ! Profitons plutôt de cette crise de Corona pour forger un partenariat beaucoup plus sain, durable, transparent, avec nos donateurs pour éviter de continuer tomber dans cette dette injustifiable, la mort, piège causé par les mêmes criminels qui paradent maintenant que les colombes, l'agneau ou les mendiants sans notre consentement nous projeter en tant que demandeurs permanents d'annulation de dette,
Un débat franc est attendu depuis longtemps. La Corona l'apporte découvert.

Adama Gaye, Caire, 9 avril 2020

* Adama Gaye un auteur et journaliste du Sénégal a récemment été libéré d'une prison sénégalaise où il a été mis juste pour avoir écrit ses vues sur la gabegie et la régression démocratique de son pays. Il a ensuite été libéré sans explication ni justification. Le gouvernement sénégalais, irrespectueux des droits de l'homme, comme le confirment de nombreux rapports, est déterminé le tuer ou le garder nouveau en prison. Gaye est maintenant un exil...

Son cas figure dans le rapport récemment publié sur les violations de la liberté publié par Amnesty International.

Il est l'une des voix de la campagne lancée cette semaine par le Comité pour protéger les journalistes, un groupe de réflexion basé New York, pour la libération des journalistes détenus.

Gaye, un ancien rédacteur en chef du West Africa Magazine basé Londres, est auteur de divers ouvrages sur l'Afrique, dont l'otage of a State and Tomorrow Africa publiés par L ' harmattan, Paris.

Nous vous recommandons