Le morcèlement de l'aire de jeu oppose populations et services techniques
L a colère est montée d'un cran au quartier Ndayane de Diourbel. La spoliation foncière de leur réserve publique servant de terrain de football aux différentes Associations sportives et culturelles dans cette partie du quartier Thierno Kandji est l'origine de la brouille entre populations et services techniques chargés de la gestion du foncier. Il s'agit, selon Mamadou Faye, leur coordonnateur de ce collectif « d'une mascarade foncière, d'un deal ignoble sur le dos de la population sous le regard impuissant de certaines autorités. «Il s'agit de deux lopins de terres.

L'un se situe entre la maison du citoyen et le bloc scientifique et l'autre se trouve l'ouest du terrain de football. Ils ont été partagés dans des conditions douteuses et nébuleuses au profit d'une poignée de personnes tapies dans l'ombre .Malgré les multiples démarches entreprises auprès des autorités locales et les lettres de dénonciation auprès des services techniques (le service du domaine, le cadastre e l'urbanisme), cela n'a pas abouti un résultat probant».

Le coordonnateur du collectif des habitants de Ndayane lance un appel au ministre de l'Urbanisme, au chef de l'Etat et aux défenseurs des droits de l'homme avant que l'irréparable ne se produise. Ces jeunes exigent la restitution de leur terrai sans condition et sans délai. Selon eux, cet espace occupe une place importante dans la vie des populations car il abrite les matchs de navétanes en cadets, les matches inter classes du lycée d'enseignement général, de la division régionale sans compter les manifestations culturelles. Ce collectif menace de passer la vitesse supérieure en utilisant toutes les voies légales. Il n'exclut pas de porter plainte mais aussi d'organiser une marche de protestation. Ces populations sont décidées d'y mettre leur vie pour obtenir gain de cause.

Nous vous recommandons