Le Protocole de l'Elysée de Thierno Alassane Sall, un livre piégé ? (Par Yatma Dieye)

J'ai lu successivement avec un intérêt particulier deux textes publiés dans Walf Quotidien à quelques jours d'intervalle, l'un le 7 septembre 2020 (no 8533) l'autre le 21 septembre 2920 (no8545). Le premier traite d'une interview à bâtons rompus du sieur Alioune FALL, journaliste bien connu, Administrateur général, Vice-président de la Fondation Servir le Sénégal, tandis que l'autre est une longue contribution au titre provocateurLe Protocole de l'Elysée, un livre piégé, signée par un certain M'Baye Sarr DIAKHATE, qui se dit journaliste (?), inconnu au bataillon, et ajoute «spécialiste» en pétrole!

J'ai attendu d'avoir lu ce livre révélateur et instructif pour pouvoir, moi aussi, dire ma part de vérité sur ce débat. Ce livre nous informe sur la manière dont nos ressources naturelles sont honteusement pillées et devrait inciter à agir tout Sénégalais soucieux du bien public. Je ne voudrais pas tomber dans la même culpabilité que M. FALL qui avoue lui-même n'avoir pas lu intégralement ce livre avant d'en faire un quelconque commentaire, il est vrai que les Sainte-Beuve à la petite semaine sont légion dans la sphère du palais, surtout en cette période où la production littéraire à l'encontre de la mal gouvernance fait rage. Quand il dit que «l'auteur n'a jamais digéré les conditions dans lesquelles il a été exclu du gouvernement, ca, c'est lui qui le dit, c'est sa parole contre celle de TAS et s'il nous est donné de trancher, le choix est vite fait: entre ceux qui nous ont habitués à la rouerie dans la gouvernance et les autres...Relatant l'exclusion de TAS du palais comme un malpropre, il nous dit: Tous les témoins vous confirmeront que TAS a été littéralement chassé du Palais ce fameux matin par le Président «Fiche le camp d' ici, dehors! Et considère que tu ne fais plus partie du gouvernement»! Et d'ajouter avec une gloriole non dissimulée: « Voilàexactement ce que le Président lui a dit.» Je laisse les lecteurs penser si un tel doit être le langage d'un vrai président de la République, même à son planton.

Tous les témoinsvous le confirmeront ? Quels témoins' Devons-nous admettre le témoignage de celui qui s'est autoproclamé double bouton dans le livre ? À la question plus que pertinente du journaliste: Un Président de la République devrait-il traiter ainsi son ministré Sa réponse fut la suivante: La bonne question à mon niveau, c'est qu'est-ce que le ministre a pu faire pour subir un tel traitement; la réponse, mon bon monsieur, coule de source: c'est refuser d'être complice du bradage de nos ressources naturelles, ni plus, ni moins. TAS, qui n'est pas «un gorou mbotaaye» chez laDame du palais, jouit de ce bien précieux qu'est la liberté de dire NON quand il le faut. Le contraire eût été surprenant de la part de ce Torodo bon teint, qui, lui, ne se laisse pas marcher sur les pieds. Tout le monde n'accepte pas de faire partie d'un gouvernement de béni-oui-oui ou la particularité est de se taire et se terrer quelles que soient les circonstances. Le ton de jalousie, de haine et de ranc...ur trahit l'état d'esprit du bonhomme. Le livre de TAS n'est ni un exutoire, ni un produit de son imagination, mais un assemblage de faits réels, connus de tous, sans l'ombre d'un doute que seuls ceux de cette mouvance présidentielle refusent de voir.

Yatma DIEYE, professeur d'anglais, Rufisque

[emailprotected]

Nous vous recommandons