Les cas importés en passe d’être rangés aux oubliettes

Par , publié le .

Actualité

Les cas communautaires de coronavirus demeurent le nÅ“ud du problème dans la lutte contre cette pandémie au Sénégal. Une propagation fulgurante a été notée lors de la seconde vague avec des chiffres journaliers dépassant la centaine, depuis le mois de novembre. Une situation qui inquiète et qui continue d’inquiéter les autorités sanitaires mais aussi le Chef de l’Etat. Même si des mesures de restrictions ont été prises par le Président de la République, Macky Sall, le 05 janvier dernier, comme l’état d’urgence assorti d’un couvre-feu pour douze jours qui a été reconduit avant-hier, la flambée des cas de Covid-19 n’a pas fléchi au Sénégal.

Au contraire, le décompte a été macabre durant cette période avec 3260 nouvelles contaminations en 12jours, au moment o๠du 2 décembre au 6 janvier, elles se sont chiffrées à  3 983 selon les sources. Les cas issus de la transmission communautaire dans cette seconde vague occupent la première place au point de reléguer les cas contacts au deuxième plan après les cas importés qui sont en passe de disparaître du jargon du directeur de la prévention du ministère de la Santé et de l’action sociale dans son point journalier.

Malgré ces décisions du chef de l’Etat pour maîtriser la propagation de la Covid-19, les Sénégalais peuvent continuer à  vaquer à  leurs occupations. Les déplacements des populations pour entrer et sortir de Dakar et Thiès restent d’actualité jusqu’à  21h.
Pour le ministre Mansour Faye, les mesures prises par le chef de l’Etat ne concernent pas les voyages internationaux car les espaces aériens, maritimes et terrestres restent ouverts. « L’Aéroport n’est pas fermé et les heures d’embarquement et d’atterrissage ne changent pas. Cependant, le voyageur est tenu d’être accompagné par une seule personne et son billet d’embarquement lui sert de laissez-passer aux heures du couvre-feu pour rejoindre l’aéroport», a laissé entendre le ministre Mansour Faye lors de la dernière conférence de presse du gouvernement face aux hommes de médias.

Du côté maritime, le haut commandant Ibrahima Badji a marché sur les pas du ministre pour dire que la navette Dakar-Ziguinchor-Dakar se poursuit ainsi que Dakar Gorée sans compter l’arrivée des bateaux commerciaux qui continuent d’accoster à  quai. « Au niveau des entrées et des sorties de nos différents points, des mesures préventives y sont installées. Il s’y ajoute qu’il y a des contrôles qui se font à  l’arrivée et pendant le départ des voyageurs et Dieu merci, le Port de Dakar n’a pas encore enregistré des cas confirmés de Covid-19. Tous les cas suspects nous sont revenus négatifs » a-t-il laissé entendre.

DENISE ZAROUR MEDANG

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut