Les explications du chef de la division de la métrologie

Par , publié le .

Actualité

Sur la marque Itron, on a fait des tests. Sur les 98, il y avait 10 qui n’étaient pas conformes. Selon la réglementation sur ce lot de 98, s’il y a plus de 5 compteurs qui ne sont pas conformes, le lot est rejeté. Pour la marque Dhiel, il y avait 2 compteurs qui ne sont pas conformes sur les 98. Le lot est déclaré conforme. Nous avons pris nos responsabilités en déclarant avoir saisi les 17 mille compteurs pour que les clients ne soient pas lésés par la non-conformité de ces compteurs», a expliqué le chef de la division de la métrologie Ibrahima Sarr hier, mardi 14 septembre en marge de l’atelier de formation des journalistes surla législation et le réglementation économique.

A l’en croire, Sen’Eau a vraiment très bien collaboré et a donné des instructions à  leurs structures régionales de rapatrier tous les compteurs Itron pour préserver le pouvoir d’achat du consommateur. Toutefois, il signale que ces compteurs avaient la certification CE, un label qui est aussi conforme aux exigences. «En principe, au niveau de l’Union Européenne s’il y a un instrument de mesure qui a la marque CE, il ne doit pas faire l’objet d’un contrôle», a-t-il fait remarquer.

LE MONDE RURAL INONDE DE MAUVAIS COMPTEURS

La division de la métrologie a aussi relevé la non-conformité des compteurs d’eau en milieu rural. «En milieu rural, aucun compteur n’est conforme à  la norme. On a saisi un échantillon de 2000 compteurs dans le monde rural et après avoir fait des tests, tous les compteurs sont mauvais. Il y a des familles dans cette zone qui ont des factures de 675 mille FCFA. Tous les jours il y a des manifestations dans ces localités», soutient M. Sarr.

NDEYE AMINATA CISSE

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)