LES FORCES DE L'ORDRE BLOQUENT ISSA SALL POUR MACKY

LES FORCES DE L'ORDRE BLOQUENT ISSA SALL POUR MACKY

Sudonline Il y'a 1 semaine  Source
El Hadji Sall, arrivé avant-hier samedi, à Kolda, aux environs de 18 h 30 mn a été accueilli en trombe par une foule de jeunes acquis à sa cause. Ils (jeunes) l'ont accueilli à hauteur de l'actuelle gare routière jusqu'au centre ville (commissariat central) par une longue marche. Cette procession aux allures d'une bénédiction, organisée et dirigée par le candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (Pur) a été stoppée net à hauteur du rond point de la brigade de gendarmerie régionale de Kolda, près de l'ancien centre de santé régional. Au motif que le chef de l'Etat, Macky Sall, devait emprunter le même circuit, alors qu'il était encore très loin des lieux... Cocasse!

Pendant plus de 30 minutes, la caravane de El Hadji Sall est resté figée. Une situation qui a fini par faire sortir le professeur Issa Sall de ses gonds. Sur place, il a alors fait une déclaration à l'attention de l'opinion nationale et internationale. «C'est à vous, les forces de sécurité, que je m'adresse. Restez professionnel jusqu'au bout des ongles». Et poursuit : «Il reste moins de 20 jours à Macky Sall. Et vous ne devez nullement l'ignorer».

S'adressant à Macky Sall à son arrivée sur les lieux où il a été stoppé net, Issa Sall a dit ceci. «Vous n'êtes pas démocrate du tout. Je m'adresse à vous». Peu avant l'arrivée de Macky Sall sur les lieux pour se rendre au stade où il devait tenir son meeting, la situation était très tendue entre les forces de l'ordre pré-positionnées pour empêcher le candidat du Pur de passer et les militants, sympathisants du parti. Macky Sall, arrivé sur les lieux, a été hué pour avoir levé la main pour un bonjour à son adversaire politique. Finalement, tous se sont rués vers El Hadji Sall, laissant le cortège de Macky Sall isolé, au grand bonheur du professeur El Hadji Sall.

EL HADJI SALL PERSISTE MALGRE LE SOUTIEN DE KHALIFA SALL A IDY: "Dès mon accession à la magistrature suprême, je gracie Khalifa Sall''

Le professeur et fondateur de l'Université du Sahel, et non moins candidat du Parti de l'unité et du rassemblement (Pur) à la présidentielle du 24 février 2019 est formel sur sa déclaration faite le 3 février dernier à la sortie d'une visite rendue à Khalifa Sall, emprisonné à Rebeuss. «Je le redis, dès mon accession à la magistrature suprême, mon premier dossier à diligenter, c'est sans doute celui de Khalifa Sall». Car, précise t-il encore: «Je considère que le frère Khalifa Sall a été arrêté et emprisonné arbitrairement. Ce que je dis n'a rien à avoir avec le soutien de Khalifa Sall à Idrissa Seck». Il faisait le point de la campagne présidentielle au terme de 7 jours de campagne présidentielle dans le centre et le sud du pays.A la question de savoir si le besoin de renforcement sécuritaire s'imposait, suite aux incidents notés samedi, dans la ville de Kolda; le professeur répond par non. A ce propos, il dira ceci: «Je félicite solennellement mon équipe de sécurité qui est très professionnelle. L'effectif est costaud et travaille sans trop de bruit».

→ Lire l'article au complet sur Sudonline



Nous vous recommandons