Notice: Trying to get property 'display_name' of non-object in /var/www/vhosts/sen360.sn/news.sen360.sn/wp-content/plugins/wordpress-seo/src/generators/schema/article.php on line 52

les pêcheurs inquiets du retour des filets européens

Par , publié le .

Actualité

les pêcheurs inquiets du retour des filets européens
les pêcheurs inquiets du retour des filets européens

Les navires européens, interdits de pêche au Sénégal depuis 2006, seront bientôt de retour. A partir de 2015, près de 40 bateaux pourront capturer 14 000 tonnes de thonidés par an en échange de compensations financières. Une perspective qui inquiète les pêcheurs artisanaux, tandis que Greenpeace vient de lancer une campagne pour lutter contre les « bateaux monstres ».

Il est 17 heures. Sur la plage de Soumbedioune, à Dakar, le ballet quotidien a démarré dans la lumière rasante du soir. Les pirogues chargées de la pêche du jour viennent s?échouer sur le sable. Des hommes, certains très jeunes, se précipitent pour vider les caisses remplies de carpes rouges et autres mérous. Mbaye Sall, qui revient de trois jours de mer avec son fils de 15 ans, a le sourire aux lèvres. « C?est une très bonne journée pour moi ! On a gagné 57 000 francs CFA [86 euros, ndlr]. Demain, on repartira, en espérant avoir la même chance », clame-t-il. Ils étaient à trois sur sa pirogue, et il faudra encore déduire le carburant du chiffre d?affaires réalisé.

« On ne peut pas vendre ce que l?on n?a pas »

Son bloc en main, Issa Fall fait le tour des 270 pirogues recensées à Soumbedioune. Il doit identifier lesquelles ont pris la mer ce jour-là, évaluer les stocks pêchés et vérifier que les techniques utilisées sont conformes au code de la pêche. Il assume ce rôle plusieurs fois par semaine. Le reste du temps, il prend la mer avec les autres. Quand on l?interroge sur le nouvel accord de pêche qui vient d?être signé pour cinq ans entre l?Union européenne et le Sénégal et qui doit entrer en vigueur en 2015, il répond d?une formule lapidaire : « On ne peut pas vendre ce que l?on n?a pas ».

Lire la suite sur RFI

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)