Les riverains de Mbeubeuss demandent la fermeture de la décharge
Ils se sont rassemblés ce samedi après-midi 14 décembre aux alentours du gigantesque dépôt d'ordures. La fermeture du site est un serpent de mer. Cette décharge ouverte depuis 1968 n'a cessé de s'agrandir, pour mesurer aujourd'hui 114 hectares, près de 200 terrains de football. Une bombe écologique.
Des familles, des jeunes sur une scène montée en contrebas de la décharge. Fandabo Mandiang habite juste côté de la montagne de déchets :

« Je m'adresse au président Macky Sall : lui qui est dans son palais et qui respire du bon air. Nous ici on n'arrive pas vivre ! Tous les bébés qui naissent sont asthmatiques. Dieu ne nous a pas encore ôté la vie mais on meurt petit feu. Je regrette d'être venue habiter côté de la décharge ! Je n'attends qu'une chose : que quelqu'un rachète ma maison, je la brade. »

« Dafa Doy, ça suffit ! », le slogan de Mamadou Fall, coordonnateur du collectif des riverains. « Nous ne pouvons plus vivre avec cette décharge ! », enrage-t-il.

À quelques mètres, des fumées s'échappent des tas d'ordures. Devant, le ballet des camions bennes toute la journée, l'Etat avait bien envisagé la fermeture de la décharge. Trop compliqué, Mbeubeuss restera ouverte. « On va implanter un centre de tri et un centre de compostage. L'idée est d'arrêter l'avancement de la décharge et que cette décharge réponde aux normes environnementales et internationales », explique El Hadj Mamadou Dieng de l'Unité de coordination pour la gestion des déchets du Sénégal.

Le calendrier des travaux Mbeubeuss n'a pas encore été précisé. Les riverains affirment qu'ils resteront mobilisés jusqu' la fermeture totale du site.

Nous vous recommandons

Actualité

La fornication (ndialo) et ses conséquences

Seneweb

Actualité

Ouverture du premier sommet Royaume-Uni-Afrique !

Senenews

Actualité

Dakar : Une fille disparaît au collège Saldia...

Dakaractu