Les taches des girafes renseignent sur leur statut social

Par , publié le .

Actualité

Une étude australienne a révélé que les tâches des girafes donnaient une notable indication sur leur statut social, et non leur âge uniquement.

En observant les tâches présentes sur les girafes, on peut en déduire plusieurs enseignements. De précédentes études indiquaient que plus la tâche était foncée, et plus la girafe concernée était âgée. Une nouvelle enquête révélée en 2019 dans la revue Animal Behaviour est venue remettre en question ces affirmations, en révélant ainsi que ces tâches étaient davantage le marqueur d’un statut social.

Ces travaux ont été conduits en Namibie, dans le parc national d’Etosha. Pendant douze ans, 66 girafes mâles ont été observées de près par l’équipe de Madelaine P. Castles, de l’Université du Queensland (Australie). Les scientifiques se sont appuyés sur 1 793 photographies et un certain nombre de calculs pour établir leurs conclusions. Et s’ils ne nient pas que les tâches des girafes s’assombrissent avec le temps, cette vérité n’est toutefois pas toujours vraie. «Nous savons maintenant que, plutôt que de simplement indiquer l’âge, la couleur peut révéler la condition physique des mâles et être utilisée comme un moyen de signaler aux autres leur capacité de compétition», déclare Madelaine P. Castles.

Sur les 66 mâles étudiés, seuls neufs ont vu leurs tâches pâlir avec l’âge, quand d’autres n’ont pas subi de changement à  ce niveau.  Les girafes aux tâches pâles se déplacent plus souvent en groupe, quand celles aux tâches foncées errent seules à  la recherche d’une partenaire. Mais comme le souligne la principale signataire de l’étude, les girafes aux tâches claires ne sont pas pour autant dépourvues de ressources : «En revanche, les mâles plus clairs et moins dominants peuvent tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation, en restant avec les femelles dans l’espoir d’avoir de la chance lorsqu’un mâle dominant n’est pas dans les parages.» Une patience qui peut même s’avérer bénéfique pour le développement de ces mâles.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)