Licenciement abusif à  UBA : Trois employés jetés à  la rue pour une affaire de hacking

Par , publié le .

Actualité

A.B, A.N et B.H mènent, depuis quelques mois, le combat de leur honneur et survie. Licenciés de manière abusive et sans droits par la filiale sénégalaise de l’institution financière Nigériane, United Bank of Africa (UBA), pour des faits qu’ils n’ont jamais commis, ces employés qui avaient des contrats à  durée indéterminée (CDI) reviennent sur les péripéties de cette rocambolesque affaire de hacking.

« Tout à  commencer au début de la pandémie du COVID-19 lorsque le DRH réquisitionne nos ordinateurs pour mener des investigations car des hackers ont infiltrés deux filiales de UBA et que ces attaques ont été facilitées par des agents travaillant au sein de UBA Sénégal, selon le groupe », indique A.B, un des trois développeurs web, joint par Seneweb.

Une lettre d’astreinte leur a été servie le temps que l’enquête soit menée sur cette affaire de hacking afin d’identifier les internes qui ont servi de facilitateurs aux pirates. Deux mois après, bien qu’aucun lien n’ait été établi par l’enquête entre eux et les hackeurs, UBA a décidé de mettre fin à  leur contrat. « Nous avons été convoqué par le DRH qui nous a dit que jusqu’à  présent, ils n’ont rien trouvé contre nous mais le groupe UBA souhaiterait se séparer de nous à  l’amiable », souligne-t-il.

Une démarche de négociation a ainsi été ouverte, selon ces derniers, et une première proposition avait été faite par l’institution de leur payer 20 mois de salaires. Les trois employés avaient à  leur tour fait une contreproposition et demandaient 40 millions, puis une seconde contreproposition de 30 millions. Après plusieurs séances de négociation, il a été retenu entre les deux parties que UBA devait payer 24 mois de salaire.  

« Le DRH nous avait promis de nous envoyer les simulations des indemnités dans un délai court. On était au mois d’Aoà»t et toujours pas de preuves nous incriminant dans cette affaire de hacking sinon nous aurions été licenciés sans droit et serions traduits en justice, à  coup sà»r. Après une semaine, aucune simulation n’avait été envoyée, aucun appel ni de message pour nous informer d’un quelconque changement », narre A.B.

Convoqués après avoir, eux-mêmes, interpellé le DRH, à  leur grande surprise UBA apporte des changements sur ce qui a été retenu lors des négociations et impose, d’après eux, sa première proposition c’est-à -dire 20 mois de salaires. Ce qu’ils ont naturellement rejeté. « Lors de cette dernière convocation, le Drh nous dit : »˜Si vous refuser cette offre, je connais le groupe, ils vont préparer un rapport (pour fomenter des preuves), ensuite  Ils vous enverront une demande d’explication  puis vous licencieront pour faute lourde’ ».

.Au licenciement abusif

Et c’est exactement ce qui s’est passé, disent nos interlocuteurs. Le 15 décembre 2020, explique A.B, une demande d’explication leur a été servie à  laquelle ils ont répondu le même jour avec l’aide le leur avocate. Ils seront alors licenciés sans droits trois jours après, le 18 décembre 2020 pour faute lourde, puisque, dit-on, leurs initiales avaient été utilisés lors d’un deuxième hacking dont la véracité est douteuse, selon ces derniers.

« Pour information, nous n’avons accès à  aucun système de sécurité ni à  l’application bancaire. Nous ne pouvions ni mettre de clé USB ni installer une application sur leurs machines. Alors comment pourrions-nous permettre à  des hackers d’infiltrer le système informatique de deux filiales de UBA avec nos initiales quand on sait que les mots de passe sont changés chaque mois avec des contraintes de sécurité », s’offusquent-ils.

A.B, A.N et B.H vont d’ailleurs porter l’affaire devant la justice pour exiger de UBA le paiement de leurs droits.

Nos tentatives de joindre la direction de la banque, notamment le DRH, pour recueillir sa version des faits, ont été vaines.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut