Ligue Europa : c’est fini pour l’OM battu à  Galatasaray

Par , publié le .

Actualité


L’OM vit des moments difficiles. Quatre jours après les tristes et traumatisants incidents du Groupama Stadium de Lyon, les Marseillais qui jouaient sans Dimitri Payet (encore secoué psychologiquement, il était de toute façon suspendu) sont sortis de la Ligue Europa. Après quatre nuls frustrants dans cette compétition, l’OM qui n’avait pas le droit à  l’erreur a craqué (4-2) à  Galatasaray pendant que la Lazio de Rome allait s’imposer (3-0) au Lokomotiv Moscou. Troisième de son groupe, Marseille est donc définitivement éliminé de la Ligue Europa mais peut encore espérer être reversé en barrages de la Ligue Conférence à  condition de ne pas perdre face aux Russes.

Des jets de projectiles

Pour le match « d’après » , il y avait, sans doute, une enceinte plus confortable que le Nef Stadyumu d’Istanbul, souvent incandescent et turbulent. En première mi-temps, l’OM, privé de ses supporters après les heurts du match aller (des fans turcs avaient lancé des fumigènes et des pétards sur le virage nord du Vélodrome), a encore évolué dans un climat très tendu, laissant craindre un remake du week-end dernier. Luan Peres a été d’abord visé par une petite bouteille d’eau en pleine action, juste avant de trouver le poteau (20e). Et après un début d’échauffourées sur le terrain, c’est Mattéo Guendouzi qui essuie des jets de projectiles au poteau de corner (39e). Furieux, le gardien de Galatasaray, Muslera, suivi par quelques coéquipiers, doit intervenir pour calmer ses supporters. ce moment-là , les Turcs mènent en effet 2-0 et n’ont pas intérêt à  voir le match s’arrêter.

Malgré une bonne entame et deux poteaux – Dieng (42e) après Luan Peres -, l’OM s’est montré trop friable défensivement. Un ballon perdu par Kamara avait d’abord permis à  l’Audonien Feghouli (ex-Grenoble), véritable poison pour les Marseillais, de servir Cicaldau (1-0, 12e). Encore bien décalé, l’attaquant international roumain pousse ensuite Caleta-Car à  la faute, qui marque contre son camp (2-0, 30e).

Si Milik transforme un pénalty en deux temps (3-1, 67e), l’intenable Feghouli avait, juste avant, donné des allures de déroute à  la défaite de l’OM, après une nouvelle perte de balle, cette fois signée Caleta-Car (3-0, 69e). Le doublé de l’attaquant polonais (4-2, 85e) répond ensuite au 4e but turc signé Babel (4-1, 83e). Quatre tirs cadrés et quatre buts. Galatasaray s’est montré efficace contrairement à  l’OM (10 tirs cadrés et près de 60 % de possession). Vainqueur d’un seul de sept derniers matchs, l’équipe de Sampaoli est bien en panne.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)