Litige foncier à Malika: début de soulagement chez les 3145 propriétaires

Ce n'était pas moins de 3145 constructions qui étaient menacées de destruction, pour «non-conformité du lotissement du site» à Malika, selon un récent communiqué d'un des collectifs de la zone. Regroupées en collectifs en fonction de leur positionnement dans la zone, les victimes avaient alors porté le combat depuis quelques années, pour conserver des terres légalement acquises face à l'acharnement «des prédateurs fonciers».

Ces familles commencent à entrevoir le bout du tunnel. Selon « Le Quotidien », elles sont en effet ressorties rassurées de leur rencontre avec Abdoulaye Guèye, le Secrétaire général du ministère de l'Urbanisme, du Logement et du Cadre de vie. Un dénouement heureux se profile en fait dans un avenir très proche, après plusieurs années de combat pour leurs terres.

« Tous les baux octroyés à des particuliers vont être annulés et les terres vont être remises aux populations de Malika. Aux propriétaires des champs, on va leur rendre leurs terres en leur donnant des baux. Une rencontre est prévue la semaine prochaine avec le maire de Malika, Talla Gadiaga, pour des concertations sur la question », a souligné Abdoulaye Sow, Coordonnateur général des collectifs, faisant le point sur les conventions issues de la rencontre avec le Secrétaire général du ministère de Abdou Karim Fofana.

« Des propriétaires de champs avaient en 2002, loti et vendu légalement leurs terres, avec l'onction de la mairie et les gens ont acheté pour construire une maison. On ne sait par quel artifice des baux ont été ensuite attribués à d'autres personnes depuis 2014 et depuis lors, personne n'a pu construire à cause des agissements de la Dscos », a-t-il rappelé, se réjouissant de cette issue, au grand bonheur des populations qui espèrent que l'engagement pris en leur faveur, sera matérialisé.

« Le Secrétaire général a donné sa parole au marabout (Serigne Seyni Thiaw, présent à la rencontre), en soutenant qu'à partir du 30 octobre, les constructions pourront redémarrer dans la zone», révèle Abdou Diarra, président du collectif de la cité Chérif Abdou Laye Thiaw Laye.

« C'est une consécration après plusieurs années de combat des populations », a-t-il encore jubilé dans la lancée. Composés entre autres des collectifs de la Cité Chérif Abdoulaye Thiaw Laye, de la Vdn 3, de Diallobé, du site Maïmouna Bâ, ces propriétaires de parcelles et de constructions en cours, s'étaient déplacés en masse pour cette rencontre au ministère de Abdou Karim Fofana, sous la direction du marabout Cherif Seyni Laye. Désormais, ils attendent la concrétisation de la promesse qui leur a été faite par le gouvernement, nous dit le journal.

Nous vous recommandons