Littérature: la fièvre picaresque de Raphaël Confiant

Romulus Bonnaventuré Avec un tel nom, la destinée ne pouvait être qu'exceptionnelle. Sans atteindre toutefois la démesure du fondateur fratricide d'une ville-empire. C'est pourtant ce nom impérieux que se choisira Roro, esclave martiniquais, réfractaire tout et révolté chacun. Après l'abolition du Code noir en 1848, Romulus connaîtra l'ivresse puis la déroute de l'expédition mexicaine initiée par Napoléon III.

L'épopée mexicaine de Romulus Bonnaventure

Il est un mot qui va parfaitement l'oeuvre entreprise par Raphaël Confiant: sepher, qui signifie, par une jolie polysémie plurielle, en arabe «voyage» et en hébreu «livre». Voici donc un voyage mis en mots tout comme un livre qui narre une odyssée humaine.

Posons d'abord l'arrière-plan historique, qui ici n'est nullement le prétexte ou le contexte l'histoire singulière de Romulus Bonnaventure, mais la substance même de son aventure: l'expédition mexicaine. Faut-il plutôt dire la calamiteuse expédition mexicaine, décidée par Louis Napoléon Bonaparte. C'est partir de cette glaise historique que Raphaël Confiant façonne un récit picaresque. À l'origine de cette guerre qui dura de1861 1867, la volonté de l'empereur français d'installer sur le trône mexicain un empereur autrichien, Maximilien Ier. Empereur falot pour un projet démesuré: imposer aux Etats-Unis la présence européenne dans ce que la jeune nation considérait comme son arrière-cour du Sud. Dans l'eldorado qui rendit fou plus d'un conquistador, se déploie alors une armée disparate, amas de soldats venus de l'Europe entière, mais aussi des colonies africaines.

Mais juste avant le Mexique, la Martinique apparaît alors comme une escale idéale, bulle de Babel, avant la plongée folle dans le reliquat ombrageux et réfractaire de l'empire aztèque.Sur ce petit morceau de France, débarque le futur empereur, rejeton épuisé des familles régnantes européennes et parti faire souche aux antipodes de tout. L'épopée mexicaine finira par la mort de Maximilien, lâché par Napoléon III puis fusillé.

«Je me suis......

→ Lire l'article au complet sur Lepoint



Nous vous recommandons

Actualité

VOUS AVEZ DIT EDUCATION CITOYENNE?

Dakaractu

Actualité

(Photos) - Adil Rami et Pamela Anderson : des vacances sans soutif !

Senepeople