Louga – Confidences poignantes d'une femme mariée : «J'ai surpris mon mari en plein ébats avec sa copine»

Par , publié le .

Actualité

L'OBS – Le différend, opposant les dames Banna Kâ et Ndiémé Kâ, a été vidé avant-hier par le tribunal régional de Louga. Accusant Ndiémé Kâ d'entretenir une relation adultérine avec son mari, Banna Kâ s'était acharnée sur sa «rivale», lui occasionnant 21 jours d'Itt. Attraite à  la barre, Banna Kâ a livré une poignante révélation qui a émue plus d'un dans l'assistance.  C'est avec une tête recouverte d'un imposant bandage que la dame Banna Kâ s'est présentée à  la barre du tribunal régional de Louga. Ce, pour en découdre avec sa «rivale», la dame Ndiémé Kâ, qu'elle accuse d'adultère avec son mari. A la suite de ses accusations, les deux dames en étaient venues aux mains. Au cours de la bagarre, Banna Kâ, armée d'une arme blanche, avait violenté sa «rivale», au point de lui occasionner 21 jours d'Incapacité temporaire de travail (Itt).Une histoire que les deux antagonistes ont déroulée à  souhait au cours des débats d'audience, pour convaincre le tribunal. Au cours de cet exercice, la dame Banna Kâ s'est montrée plus acerbe. «Le jour de la célébration de la Korité, mon mari m'avait invitée à  une fête organisée avec des amis.  Je lui ai tendu un piège, en déclinant l'invitation. Quelques instants après son départ pour rejoindre ses amis, je l'ai suivi discrètement, parce que je le soupçonnais de fricoter  avec Ndiémé Kâ. A mon arrivée au lieu censé abriter la fête organisée par ses amis, j'ai constaté que ni lui ni Ndiémé Kâ n'y étaient. Je me suis alors rendue chez Ndiémé, pour en avoir le cœur net. Je suis parvenue, sans me faire remarquer, à  m'introduire dans la maison et sans sommation, j'ai ouvert la porte de la chambre de Ndiémé. C'est là  que j'ai vue mon mari en plein ébats sexuels avec Ndiémé Kâ. Je me suite aussitôt retirée, avant qu'il ne me découvre et me frappe comme il en a l'habitude.» Une fois la fête terminée, mon mari est rentré à  la maison. C'est à  la suite de cela que j'ai décidé d'interpeller Ndiémé Kâ pour la convaincre de laisser tranquille mon mari. Je m'y suis rendue avec une amie, à  qui j'ai demandé de la faire sortir. En me rejoignant, elle s'est armée d'un couteau qu'elle avait dissimilé dans son pagne. Elle en a fait usage au cours de notre bagarre, en me poignardant à  deux reprises.Des accusations balayées d'un revers de main par Ndiémé Kâ. A l'endroit du tribunal, elle a indiqué : «Je suis mariée et mère de 2 enfants. Je  n'ai jamais entretenu de relation coupable avec son mari. Elle s'était armée d'un bâton en venant chez moi. Au cours de la bagarre, j'ai repris ce bâton et je lui ai asséné deux coups.» A leur suite, le parquet qui a sermonné les deux adversaires, a requis 1 mois ferme contre Ndiémé Kâ. Il a été suivi par le tribunal, qui a condamné la prévenue à  1 mois ferme et à  allouer à  la plaignante 200 000 FCfa.Abdou MBODJ

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)