LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Encore 30 jours de couvre-feu à  Dakar et à  Thiès !

Par , publié le .

Actualité

 

Avec 32 927 cas déclarés de coronavirus et 808 décès, le Sénégal se cherche une issue contre la pandémie. Ainsi, en plus de la réception de 200 000 vaccins la semaine dernière, l’état d’urgence assortit d’un couvre-feu a été à  nouveau renouvelé à  Dakar et à  Thiès jusqu’au 20 mars 2021, pour une période de 30 jours. 

 

La tendance à  la hausse des cas de coronavirus ainsi que les chiffres macabres liés à  la pandémie inquiètent les autorités étatiques. C’est en ce sens qu’elles ont décidé de renouveler le couvre-feu en vigueur, depuis début janvier dans les régions de Dakar et de Thiès. Le ministre de l’Intérieur a pris la parole, ce samedi, pour justifier la mesure impopulaire.

Il souligne, à  cet effet, que les statistiques de ces derniers jours montrent clairement que la situation de la pandémie de la Covid-19 demeure préoccupante dans ces deux régions, au regard, dit-il, du nombre important de personnes contaminées, de cas graves et de décès. »˜’C’est pourquoi Monsieur le Président de la République a de nouveau proclamé l’état de catastrophe sanitaire dans lesdites régions, afin de réduire la propagation de la Covid-19 », a fait savoir Antoine Félix Diome.

»˜’En application de cette décision, j’informe les populations que les mesures ci-après restent en vigueur dans ces régions jusqu’au 20 mars 2021 : l’interdiction de la circulation des personnes et des biens de 21 h à  5 h, l’interdiction des rassemblements et manifestations des personnes sur la voie publique, l’interdiction de toutes les réunions publiques, l’interdiction de toutes réunions privées telles que les baptêmes, les mariages, les réceptions et les manifestations religieuses ».

A cela s’ajoute également l’interdiction de tout rassemblement dans les lieux recevant du public, notamment les hôtels, les salles de spectacle, les dancings, les bars, les cafés, les salons de thé, les plages, terrains et salles dédiés au sport.

»˜’Je rappelle aussi que, sur toute l’étendue du territoire national, le port obligatoire du masque de protection reste de vigueur dans les lieux publics et privés tels que la voie publique, les services de l’Administration publique, quel qu’en soit le mode de gestion, les services du secteur privé, les lieux de commerce, les moyens de transport public, les moyens de transport privé transportant au moins deux personnes », renseigne le successeur d’Aly Ngouille Ndiaye.

Par conséquent, prévient-il, les populations sont invitées à  se conformer aux mesures édictées durant cette période de catastrophe sanitaire. Au cas contraire, rappelle Antoine Félix Diome, le non-respect de celles-ci exposent les contrevenants aux sanctions prévues par la loi.  

L’état d’urgence assorti d’un couvre-feu a été instauré au Sénégal, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, pour la deuxième fois, le 5 janvier 2021, dans les deux régions précitées qui concentraient à  l’époque 90 % des cas de contamination. La première nuit n’avait, cependant, pas été de tout repos dans la capitale sénégalaise o๠des jeunes hostiles à  la mesure gouvernementale ont affronté les forces de l’ordre dans plusieurs zones. Après l’expiration de ce délai, la mesure a de nouveau été prolongée pour huit jours, en attendant la promulgation de la nouvelle loi modifiant la loi sur l’état d’urgence et de siège, désormais élargie à  la gestion des catastrophes naturelles et sanitaires et qui vise à  décréter et proroger le couvre-feu sans passer par l’Assemblée nationale.    

HABIBATOU TRAORE

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut