Macron et Trump s'accordent pour prolonger les négociations sur la « taxe GAFA »
Paris a décidé d'imposer depuis le 1er janvier 2019 une taxe sur les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires, en attendant l'adoption d'une fiscalité internationale.

Emmanuel Macron et Donald Trump sont tombés d'accord pour prolonger les discussions sur la taxation des géants du numérique jusqu'à la fin de l'année, écartant pour le moment la menace de sanctions américaines sur des produits français, a indiqué lundi une source diplomatique française.

Dans un Tweet posté en début de soirée, Emmanuel Macron qualifie lui-même d'« excellente » la discussion qu'il a eue dimanche avec son homologue américain. « Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs » douaniers, ajoute-t-il.

Prolonger les discussions à l'OCDE

Les deux chefs d'Etat « se sont mis d'accord pour donner une chance » aux négociations afin de « trouver une solution dans un cadre international » et éviter « une guerre commerciale qui ne serait bénéfique pour personne », a souligné la source diplomatique. Au cours de leur contact téléphonique, Emmanuel Macron et Donald Trump « se sont mis d'accord pour donner une chance aux discussions et prolonger les discussions à l'OCDE », a ajouté cette source. « Dans cet intervalle, on ne se livrera pas à des tarifs successifs », a-t-on poursuivi.

Le 7 janvier, les Etats-Unis et la France s'étaient donné quinze jours pour aboutir à un accord et permettre la poursuite du travail à l'OCDE sur l'instauration d'une taxation internationale des géants du numérique, dont les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L'OCDE dévoile les contours de la « taxe GAFA »

« Nous sommes prêts à faire des pas dans la direction des Etats-Unis, nous en avons proposé un certain nombre, j'espère que nous aurons un accord mercredi », avait déclaré lundi matin sur LCI Bruno Le Maire. Une nouvelle réunion est prévue mercredi à Davos lors du Forum économique mondial entre le ministre français de l'économie, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria.

« La France poursuit son objectif de juste taxation des entreprises du numérique et de trouver un compromis dans le cadre de l'OCDE », a rappelé lundi l'Elysée. Paris a décidé d'imposer depuis le 1er janvier 2019 une taxe sur les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3 % de leur chiffre d'affaires, en attendant l'adoption d'une fiscalité internationale.

Il y a un an, les Etats-Unis avaient relancé les négociations sur la taxation du numérique au sein de l'OCDE, qu'ils bloquaient depuis plusieurs années, mais ils ont posé en décembre des conditions rejetées par la France. L'administration Trump a ensuite menacé de surtaxer « jusqu'à 100 % » l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français. Seraient visés le champagne, des produits laitiers dont l'emblématique roquefort, les sacs à main en cuir, les cosmétiques, la vaisselle en porcelaine ou encore les articles de cuisine en fonte.

Nous vous recommandons

Actualité

Nigeria: un cas de coronavirus recensé

Slateafrique

Actualité

Louga : Un déficient mental fait une chute mortelle dans un puits

Seneweb

Actualité

Guy Marius très proche de la liberté

Seneweb

Actualité

Les pères réfugiés à Dakar-Bango

Leral