MBOUR - Déclassement forêt de Balabougou : Eleveurs et agriculteurs alertent et menacent l'Etat
Avant la signature de la décision du projet de déclassement de la forêt de Balabougou, qui doit être effectif demain (mardi) après décision du président Macky Sall, les agriculteurs et les éleveurs ont tenu alerter.
Ils ont ainsi tenu un point de presse, ce matin, au niveau de la forêt classée, a appris Seneweb. Ils protestent et mettent en garde l'Etat.

'' Il faudra qu'ils nous tuent d'abord avant de s'installer '', prévient Gallo Dia, président des Eleveurs de la commune de Malicounda.

D'une superficie de 1216 hectares, la forêt va être cédée des privés. Un tel acte a pour finalité la mort irréversible de l'élevage et de l'agriculture, dénoncent les acteurs.

'' C'est Serigne Gueye Diop qui veut installer des étrangers. On dit qu'il est intransigeant dans ses projets. Cette fois-ci, il devra changer de fusil d'épaule. Au cas contraire, il passera d'abord sur nos cadavres avant d'installer qui que ce soit, dans cette zone '', menace Gallo Dia.

Pour la sauvegarde de leur dignité, les éleveurs et les agriculteurs en détresse, disent être prêts faire face l'autorité. Et tous les moyens sont bons pour la défense de leurs intérêts.

'' Si 1216 hectares valent mieux que des milliers de vies humaines, nous sommes prêts mourir. Des vies vont tomber ici '', assure le président des éleveurs.

Selon, Amadou Ka, président de la maison des éleveurs de la commune de Malicounda, la forêt est un régulateur social. '' Cette forêt est un régulateur social. Grâce cette forêt, les conflits entre éleveurs et agriculteurs sont évités. Il sert de refuge pour les familles. Et des milliers de familles vivent de ça. Nous interpellons le président de la République qui est le seul habilité déclasser une forêt. Nous lui demandons de ne pas signer pour le déclassement. Ce qu'on lui raconte n'est pas la vérité. Je pense qu'il a été abusé. On lui demande solennellement au regard de ce que représente cette forêt pour les populations, de ne pas officialiser le déclassement de la forêt '', assure Amadou Ka.

Selon lui, sur les 1216 hectares, la mairie de Sandiara n'occupe même pas 15 hectares.

'' Nos terres sont pillées, dilapidées, violées par des projets cupides. On ne va pas accepter que notre cadre de vie soit ruiné '', peste Amadou Ka.

Nous vous recommandons

Sport

Eswatini le Nouveau Nom du Swaziland

Leral

Sport

Eliminatoire Can 2021; Tous les Matchs

Leral