Monde rural

Mohamet Massamba Sèye, membre du Comité de suivi des opérations Force-Covid-19, estime que l'aide alimentaire vient son heure pour soutenir les populations vulnérables, afin qu'elles puissent faire face la pandémie. Fort de ses visites de terrain dans les régions frontalières et celles du Centre aujourd'hui, il rappelle au chef de l'Etat que les paysans sont ceux qui ont le plus besoin de cette aide alimentaire, surtout pour la période de l'hivernage où l'aliment se fait rare dans les zones agricoles.

"Dans ce travail de ciblage des populations impactées par la pandémie, nous avons pu connaitre la triste réalité de la mauvaise condition de vie de nos braves paysans, surtout durant la saison des pluies. Car l'hivernage constitue pour eux une période de famine.

Ces braves hommes de terres qui sont au-dessus de toute la chaine de valeur de notre pays par leur noble engagement qui est de nourrir la nation sénégalaise, peinent eux-mêmes bien se nourrir durant la campagne agricole'', argumente-t-il dans une contribution intitulée "L'agriculture, moteur principal de développement: un secteur beaucoup appuyer''.

Ainsi, pour le rapporteur de la Commission résilience économique et sociale des populations, une profonde réflexion s'impose dans la gestion du Sénégal pour la période post Covid-19. "Cette opération de distribution de l'aide alimentaire devrait se faire chaque année. Même si elle ne touche pas l'ensemble des 1 million de ménages comme décrété cause de la pandémie du coronavirus, la distribution de kits alimentaires l'approche de l'hivernage, ces braves Sénégalais, pourrait constituer un soutien pour booster notre rendement agricole'', soutient-il.

...Pour ce dernier, "la mise en place d'une aide alimentaire chaque début de campagne agricole, pour venir en aide aux paysans, pourrait les mettre dans les meilleures conditions et les encourager avoir de meilleurs rendements, de pouvoir atteindre notre autosuffisance alimentaire, d'améliorer le pouvoir d'achat des Sénégalais et de redresser notre balance commerciale vers un niveau excédentaire par l'exportation de nos produits agricoles et ainsi nous permettre de mieux concourir sur le marché international''. Le témoignage du préfet de Gossas montre que cette opération de distribution de l'aide alimentaire est un soutien inestimable la population paysanne qui rencontrait beaucoup de difficultés en termes de survie durant la saison des pluies.

"Imaginez un agriculteur qui l'on donne trois sacs de semences de mil, par exemple, pour la campagne agricole. S'il n'a pas de ressource pour tenir durant cette période, il sera en nécessité d'utiliser deux sacs de mil pour ses besoins en nourriture avec sa famille et ne semer qu'un seul sac de mil pour la récolte. Au final, les prévisions agricoles de la filière seront faussées, la totalité des semences n'a pas été cultivée. Ce qui constitue un impact la fois dans l'attente de la production, une flambée des prix de la denrée, parce que se faisant rare, une insuffisance alimentaire, un manque gagner pour notre balance commerciale qui restera toujours déficitaire, parce que n'ayant pas de produits agricoles suffisants l'exportation'', a-t-il détaillé dans sa production.

Nous vous recommandons

Actualité

Revue des Titres du 12 Août 2020 avec Ahmed Aidara

Seneweb

Actualité

Le procès Aby Ndour-Atepa encore renvoyé

Seneweb