Notice: Trying to get property 'display_name' of non-object in /var/www/vhosts/sen360.sn/news.sen360.sn/wp-content/plugins/wordpress-seo/src/generators/schema/article.php on line 52

Nigeria: Goodluck Jonathan, la nouvelle cible de Boko Haram

Par , publié le .

Actualité

Nigeria: Goodluck Jonathan, la nouvelle cible de Boko Haram
Nigeria: Goodluck Jonathan, la nouvelle cible de Boko Haram

En meeting le président sortant Goodluck Jonathan a été visé par une attentat qui porte la marque de la secte islamiste Boko Haram. Deux femmes kamikazes sont soupçonnées d'être responsables de l'attaque qui a fait au moins une vingtaine de blessés dans le nord-est du pays.

En campagne pour sa réélection, Goodluck Jonathan a échappé au pire. Dans le stade bondé de Gombe, une ville du nord-est du Nigeria, deux femmes auraient activé leur ceinture d'explosifs et blessé une vingtaine de personnes.

Le président nigérian était sur place pour rencontrer des militants. Si aucune revendication n'a eu lieu, le mode opératoire laisse clairement penser qu'il s'agit d'une attaque de la secte islamiste Boko Haram.

Après le président du Cameroun Paul Biya en guerre contre le groupe terroriste, c'est maintenant au tour de Goodluck Jonathan d'être directement menacé. L'élection présidentielle est prévue le 14 février et l'atmosphère se durcit chaque jour un peu plus dans le pays en proie aux pires violences commises par boko Haram.

Cette attaque intervient après la décision de l'Union africaine de mobiliser une force régionale de 7.500 hommes pour aider le Tchad et le Cameroun à éliminer l'activisme de la secte islamiste.

Selon des tmoins, l'explosion s'est produite quelques minutes après le départ du convoi présidentiel, à la sortie du meeting.

Sur place deux corps féminins ont été retrouvés. on déplore une vingtaine de blessés.

Jusqu'ici le président Goodluck Jonathan était épargné et accusé de laxisme de la part de la communauté internationale. Il est vrai que l'impuissance de l'armée nigériane à endiguer la vague de violences provoquées par Boko Haram laisse les puissances occidentales sans voix. Près de 200 lycéennes ont été enlevées sans que les autorités du pays ne puissent agir pour les libérer. Un village entier a été rasé, le village de Baga, c'est l'ONG Amnesty International qui a publié des clichés satellites révélant l'horreur.

Ces dernières semaines et c'est sans doute à cause des élections, Goodluck Jonathan a fait preuve de souplesse face à l'intervention du Cameroun et du Tchad à la frontière avec le Nigeria. L'Union africaine a décidé l'envoi de 7.500 hommes dans la région, une force régionale. M. Jonathan si attaché à la souveraineté de son pays a toujours mis un frein à la coopération sécuritaire dans la région, il y a plusieurs semaines, plusieurs pays de la sous-région avaient acté l'envoi de 3.000 hommes, une décision impossible à concrétiser en raison du refus d'Abuja.

Par ailleurs, Les autorités camerounaises s' apprêtent à accueillir un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) consacré à la guerre contre Boko Haram le 16 février prochain à Yaoundé.

Actif depuis au moins 2009, Boko Haram cherche à inscrire la charia, loi islamique, dans la Constitution nigériane et à éliminer toute éducation occidentale au Nigeria. On estime que près de 13.000 personnes ont été tuées, dont plus de la moitié en 2014, et qu'1,5 million de personnes ont été déplacées à cause des atrocités de ce groupe terroriste.

Afriqueinside

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)