OUAKAM - Hommage à Ousmane Sembène : Un homme de refus, écrivain et cinéaste de talent

La Plateforme des acteurs pour le développement concerté de Ouakam (Padco) a rendu hommage ce samedi à Ousmane Sembène. Mort il y a 8 ans, la vie et l'œuvre de l'écrivain et cinéaste sénégalais ont été passées en revue par le Professeur Ismaïla Diagne ainsi que d'autres parmi ses proches : Alioune Badara Bèye, les Professeurs Maguette Thiam et Maguèye Kassé. De l'homme à la pipe, on retient une vie pleine d'enseignements et de son œuvre, un récit truculent, toujours d'actualité.

L'écrivain-cinéaste est né le 1er janvier 1923 et est décédé en 2007 à l'âge de 84 ans. Auto­didacte, Ousmane Sembène a été à l'école élémentaire jusqu'au Cm2. Il s'est très tôt révolté contre l'injustice. Accusé d'avoir dérobé un objet, l'élève donna une gifle à son maître, puis quitta définitivement l'école. Membre d'une famille lébou, Sembène Ousmane a appris la pêche auprès de son père Moussa Sembène. Le mal de mer le détournera de cette voie et lui transmettra les gènes de fumeur. C'est pourquoi on le voit toujours avec sa pipe, dira Ismaïla Diagne qui était chargé de présenter Ousmane Sem­bène. L'auteur de Lire et relire Sembène rappellera l'enfance et les débuts de Ousmane Sem­bène qui s'est révélé être un vrai self-made-man. Il sera tour à tour maçon, Baye diagal (Ndlr : celui qui récupère les objets perdus). «Sa maison sera bâtie de ses propres mains et le bloc de Madeleines est l'un de ses ouvrages», apprend-il.
L'homme fut aussi tirailleur sénégalais. Il revint au Sénégal avant de repartir clandestinement en France. N'ayant aucune formation professionnelle, il fut docker à Marseille, se rapprocha du Parti communiste français et milita à la Cgt. Là, il achève sa formation idéologique. Et bénéficiant d'une grande bibliothèque au sein du Parti communiste, Sembène découvrit la littérature. «Il lisait beaucoup. Et en lisant, il se rendit compte que les Africains ne jouaient aucun rôle. Ils n'y figuraient même pas, dans cette littérature. C'est à partir de cet instant que Sembène comprit qu'il fallait revenir à la source pour apprendre et écrire notre histoire. Et toutes les œuvres de Sembène sont gouvernées par cet état d'esprit : réécrire l'histoire africaine», confie Ismaïla Diagne, initiateur de cette journée dédiée au cinéaste.

Œuvre
Sembène a écrit de grands ouvrages et réalisé de longs métrages. Dans l'une de ses œuvres intitulée Le docker noir, l'auteur raconte sa vie de docker à Marseille. Le personnage principal, Diaw Falla, est un docker qui a écrit un livre et a du mal à se faire publier parce que n'ayant même pas franchi le Cfee. A une époque où seuls les doctorants noirs pouvaient espérer se faire publier, Diaw Falla s'en remet alors à une blanche qui promet de le lui faire. Mais cette dernière le bernera et publiera le livre à son nom. Au comble du désespoir, Diaw Falla lui fracassera le crâne et sera ainsi condamné. «Peu importe qui a raison ou qui a tort. Un Noir ne peut avoir raison sur un Blanc», commente Ismaïla Diagne. Avant de renchérir : «C'est ce qui se passe actuellement en Amérique. Devant le Blanc, le Noir est un damné. Sembène montre comment nous sommes victimes et exploités par les Français.»
Cette œuvre, comme celles qui suivront ou qui l'ont précédée, est un moyen pour son auteur de raconter les tares de l'Afrique, mais surtout de s'insurger contre l'exploitation de l'homme noir par le Blanc. Sembène est un fanatique du panafricanisme. Il prônait le développement de l'Afrique par les Africains, un retour aux sources, à la terre et aux langues nationales africaines.

L'Afrique peut se relever, doit se relever
De retour en Afrique, Sem­bène a écrit " pays, mon beau peuple. Son personnage principal, Omar Faye, a épousé une Blanche et retourne dans son pays d'origine. Ce dernier pense que son expérience de coopérative agricole peut bien marcher. L'agriculture, pense-t-il, doit être au cœur de l'économie. Mais dérangeant l'activité des Français, ces derniers l'ont tout bonnement assassiné.
Voltaïque Sembène est un recueil de 10 nouvelles dont La noire de… qui raconte, l'histoire de Joana. C'est une jeune Noire qui travaille pour des Blancs. Un jour, ces derniers décident de l'amener en France. Elle est toute enthousiaste et pleine d'espoir. L'Europe représente pour elle l'Eden. Mais arrivée sur place, elle finira par se suicider. «Sembène examine dans cet ouvrage les rapports entre l'Afrique et le reste du monde. Quand l'Afrique cherche un partenariat, elle veut du gagnant-gagnant», dira toujours Dr. Diagne dans son analyse de l'œuvre du défunt cinéaste. «Ousmane Sembène parle de l'Afrique comme une garce, piétinée à satiété durant l'esclavage, la colonisation et maintenant l'époque post coloniale», poursuit le Professeur Maguèye Kassé.

Un homme de refus
A la différence de Senghor qui sacralise le français, Sembène lui pense que le français n'est qu'une langue d'emprunt et qu'il faut valoriser les langues nationales. Dans ses films, ce sont pour la plupart des titres en wolof comme, Mandat bi, Borom sa­rett, Ceddo. Ce dernier a d'ail­leurs longtemps été interdit de diffusion parce qu'écrit avec 2 «d».
Le même problème opposa Senghor à Cheikh Anta Diop pour son journal Siggi, et Abdoulaye Wade pour Sopi. Si ces derniers cédèrent devant Senghor, ce ne fut jamais le cas pour Sembène. «L'approche de Sembène est différente de celle de Senghor. Même s'il ne retranscrit pas bien le wolof, Sembène voulait qu'on écrive dans nos propres langues nationales. Pour lui, l'urgence résidait là, disait-il. On a assez parlé des langues africaines, parlons dans nos langues.»
Il fut toujours un homme de refus, comme en témoigne le président de l'Association des écrivains du Sénégal (Aes), Alioune Badara Bèye. «L'hom­me a toujours refusé de voir l'Afrique piétinée. Lorsqu'il dirigeait le Pen Sénégal (Ndlr: Association des poètes, essayistes, nouvellistes), Sembène se rendit à Hambourg, dans un congrès international qui réunissait tous les écrivains du monde. Il posa la candidature du Sénégal pour accueillir le prochain congrès. Mais un des écrivains se leva pour contester et dire que l'Afrique ne peut pas l'accueillir. Ecœuré qu'on caricature ainsi l'Afrique, il bouda le congrès ainsi que toutes les activités du Pen pendant 10 ans. Aucune intervention ne le fit revenir sur sa décision. Il a fallu que Henry Lopez se déplace jusqu'à Dakar et que l'on renvoie celui qui avait tenu de tels propos pour que Sembène décide de renouer avec Pen Sénégal.» Ce témoignage de Alioune Badara Bèye renseigne sur le tempérament de l'homme qu'était Sembène. «En 2007, le congrès de Pen international s'est tenu à Dakar. Il avait réussi son pari.»
Le secrétaire général du Pit, Maguette Thiam, qui a fréquenté le cinéaste dira, lui, que la maison de «Keur Ceddo» était un havre de réjouissance. Sem­bène regroupait autour de lui toute une génération d'écrivains. L'agrégé en Mathéma­tiques se souviendra des moments passés autour de la théière à discuter et à réfléchir sur les thèmes qui concernent le Sénégal et l'Afrique. Il dira en ce sens que «Sembène avait une analyse accrue, une grande capacité à camper le problème et à mener des réflexions».
Le Professeur Maguèye Kassé, lui, parachèvera l'analyse de l'homme et de son œuvre par une invite à une relecture de l'œuvre de Sembène. «Il ne suffit pas de lire tout court. Il faut relire Sembène pour se rendre compte combien son œuvre est actuelle.» Ses œuvres, soutiendra-t-il, promeuvent l'intégration africaine.
A travers la promotion des langues nationales, Sembène, défend des valeurs purement africaines telles que l'honnêteté, le courage, la détermination, notion de réalisation de soi par le travail, de rester soi-même et de ne pas singer les autres. «A chaque fois que nous regardons Sembène, nous trouvons des choses inexplorées. On n'aura pas épuisé de parler de l'œuvre littéraire et cinématographique de Sembène. On apprend toujours.»
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

...

→ Lire l'article au complet sur Lequotidien



Nous vous recommandons

Actualité

KARIM INTERPELLE LE GROUPE CONSULTATIF DE PARIS

Sudonline

Actualité

LA REGION MEDICALE ACCELERE LA CADENCE

Sudonline

Actualité

KARIM WADE ET KHALIFA SALL DEPOSENT LEURS DOSSIERS, CE LUNDI

Sudonline

Actualité

SEYDOU GUEYE ETALE SES VERITES

Sudonline