Oumar Gueye, Jeune Afrique et les 500 millions de francs CFA

500 millions de francs CFA, c'est le montant que le ministre de la Gouvernance territoriale et de l'Aménagement du territoire réclame « Jeune Afrique » pour diffamation. Les faits se sont déroulés au moment où Oumar Gueye était le ministre de la Pêche. A l'époque, le magazine « Jeune Afrique » révélait que Oumar Guèye était au c...ur d'une vaste entreprise de corruption qui a fait tomber l'ancien ministre de la Défense au Cameroun.

Dans ledit article, le ministre est cité parmi les personnes ayant bénéficié d'un virement de 9 973, 02 euros soit 6 432 328 francs CFA de la société Defex de droit espagnol spécialisée dans l'armement militaire. Estimant que de tels propos étaient indubitablement mensongers et diffamatoires, le ministre Oumar Gueye avait, par l'intermédiaire de son avocat Me Boubacar Cissé, servi une citation directe la société SIFIJA éditrice de Jeune Afrique, civilement responsable des agissements de Marwane Ben Yahmed, prévenu dans cette affaire.

L'affaire a été appelée, ce jeudi, la barre du tribunal correctionnel de Dakar, sans la présence du prévenu. La partie civile, le ministre Oumar Gueye a été représenté par son avocat Me Boubacar Cissé. Ce dernier a, dans sa plaidoirie, indiqué que la souffrance de la partie civile et de ses proches a été exercée par la large publicité avec laquelle ces imputations et allégations ont été diffusées travers le site internet.

D'après la robe noire, son client ne s'est jamais occupé dans l'exercice de ses fonctions ministérielles de questions d'armement. Il n'a jamais mis les pieds au Cameroun ni titre privé ni dans l'exercice de ses fonctions ministérielles. Mieux, il ne connait aucune autorité de ce pays encore moins les dirigeants, la société espagnole incriminée dans cette affaire. « Un virement suppose un compte bancaire alors que la partie civile n'a qu'un seul compte bancaire au Sénégal. Il n'a jamais reçu de virement de 9973,02 euros soit 6 432 328 francs CFA. Il n'a jamais eu de compte ni en Suisse, ni Espagne ni ailleurs », a plaidé l'avocat avant de solliciter un demi-milliard pour laver l'honneur de son client. Car, son avis, l'article avait pour but de nuire la réputation d'Oumar Gueye afin qu'il ne soit pas nommé par le président Macky Sall. Le représentant du ministère public a requis l'application de la loi. L'affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 26 novembre prochain.

emedia

Nous vous recommandons