Plus les étudiants utilisent leurs smartphones plus ils ont de partenaires sexuels

Plus les étudiants utilisent leurs smartphones plus ils ont de partenaires sexuels

Seneweb Il y'a 5 jours  Source

Selon une étude, l'utilisation excessive des téléphones mobiles par les étudiants peut avoir des conséquences hors ligne telles que de moins bonnes notes, des problèmes d'alcool et plus de partenaires sexuels.

Dans une enquête menée auprès de plus de 3 400 personnes diplômées aux Etats-Unis, celles qui ont déclaré passer beaucoup trop de temps au téléphone ont également déclaré avoir plus de partenaires sexuels.

Mais ils étaient aussi plus susceptibles d'avoir des problèmes d'anxiété ou de la dépression.

Un psychiatre a soutenu que les résultats étaient "inquiétants".

Des chercheurs de l'Université de Chicago, de l'Université de Cambridge et de l'Université du Minnesota ont élaboré le Health and Addictive Behaviours Survey (Etude sur la santé et les comportements addictifs).

Son objectif était d'évaluer la santé mentale et le bien-être des étudiants et de voir l'impact des téléphones mobiles sur eux.

Pour déterminer si l'utilisation du téléphone mobile était excessive, on a posé aux élèves diverses questions, dont les suivantes :

Un élève sur cinq a répondu par l'affirmative suffisamment de questions pour être considéré comme faisant un usage abusif de son téléphone, plus de 60 % d'entre eux étant des femmes.

'Négliger les relations normales'

L'étude a révélé que la proportion d'étudiants ayant déclaré avoir eu deux partenaires sexuels ou plus au cours des 12 derniers mois était significativement plus élevée parmi ceux qui ont également déclaré une utilisation excessive du téléphone mobile - 37,4% par rapport 27,2% qui n'ont déclaré aucun problème.

La proportion de personnes ayant six partenaires sexuels ou plus était plus du double parmi ceux qui ont déclaré avoir trop utilisé leur smartphone.

Y-a-t'il un espion caché dans votre poché

Les raisons sont difficiles identifier et sont susceptibles d'être variées, a déclaré le Dr Sam Chamberlain, l'un des auteurs et psychiatre consultant honoraire de l'Université de Cambridge.

"Il se peut que les gens utilisent des smartphones ce jour via des applications, mais il se peut aussi qu'ils négligent des relations plus normales en raison d'une utilisation excessive de leurs téléphones", a-t-il dit.

"La conclusion la plus probable est que les personnes qui signalent une utilisation problématique de leur téléphone sont également plus susceptibles d'être d'impulsives, ce qui pourrait également jouer un rôle dans le nombre de partenaires sexuels qu'elles ont" explique Chamberlain.

"Si c'était un comportement sain, ces personnes devraient avoir une meilleure estime de soi et moins de problèmes de santé mentale, mais c'était le contraire", a-t-il ajouté.

Les chercheurs ont également constaté que la consommation excessive d'alcool était significativement plus élevée chez les personnes déclarant une utilisation problématique des smartphones, par rapport celles qui estimaient que leur consommation mobile était normale.

Mais ils n'ont trouvé aucun lien significatif avec une autre forme d'abus de substances ou de dépendance.

"Il est facile de considérer l'utilisation problématique des smartphones comme une dépendance, mais si c'était aussi simple, on s'attendrait ce qu'elle soit associée un large éventail de problèmes de toxicomanie, surtout dans un échantillon aussi vaste, mais cela ne semble pas être le cas ", a déclaré le Dr Chamberlain.

Certains experts ont suggéré que le trouble du jeu vidéo, qui est maintenant classé comme un trouble par l'Organisation mondiale de la santé, soit étendu pour inclure une surutilisation plus générale des écrans.

Alcool contre cannabis: Lequel est le piré

Des études antérieures ont mis en évidence un lien entre l'utilisation excessive des téléphones mobiles et des résultats scolaires médiocres, et le présent rapport a également établi un lien.

"Bien que l'effet de l'utilisation problématique des smartphones sur la moyenne pondérée cumulative ait été relativement faible, il convient de noter que même un impact négatif, même faible, pourrait avoir un effet profond sur le rendement scolaire d'une personne et ensuite sur ses possibilités d'emploi plus tard dans sa vie, " a déclaré le professeur Jon Grant de l'Université de Chicago.

Bien qu'il existe un nombre croissant d'études sur l'utilisation du téléphone mobile et ses conséquences, aucune n'a définitivement prouvé que l'utilisation excessive cause des problèmes de santé mentale - et il faut financer davantage de recherches plus approfondies, estime le Dr Chamberlain.

"Nous avons besoin d'études qui suivent les jeunes sur une longue période de temps", a-t-il dit.

Le Dr Abigael San, membre de la British Psychological Society, a parlé de cette étude : "C'est inquiétant et je suis heureuse que ce travail de recherche soit fait".

"Tous ces effets sont très réels et font l'objet de discussions lors des séances de thérapie. Souvent, les gens ne viennent pas avec un problème de smartphone - il s'agit plutôt d'un problème de santé mentale ou d'une rupture amoureuse - mais très souvent l'utilisation du smartphone joue un rôle."

Les résultats de cette étude ont été publiésdans la revue des addictions comportementales.

Nous vous recommandons

Actualité

Ebola en RDC:

Slateafrique

Actualité

Tanzanie: un prix journalistique lève le voile sur les difficultés de la presse

Slateafrique

Actualité

CAN-2019: Tunisie-Nigeria, la 3e place pour oublier

Slateafrique

Actualité

CAN-2019: de "captain" Mahrez

Slateafrique