Pr Moussa Baldé : itinéraire d’un homme d’action (Par Moustapha Kébé)

Par , publié le .

Actualité

La fierté de l’enseignant
Sigmund Freud a soutenu qu’enseigner est un métier impossible comme celui de gouverner et de soigner parce qu’il considère qu' »on peut d’emblée être sà»r d’un succès insuffisant » (Freud, préface d’Aichhorn, 1973, p. 12).

Pour ma part, cette savante perception du célèbre psychanalyste allemand renvoie à  l’enseignant modèle qui ne se satisfait pas toujours de sa prestation en classe fut-elle excellente car il la considère comme « un succès insuffisant » étant donné que son objectif est de toujours faire mieux.

Certes, tout le monde reconnait que l’enseignement est un métier noble et j’ajoute passionnant et exigeant. Il procure un plaisir et mène à  une vocation qui dépasse largement la question du salaire. Dans ce sens, quand un enseignant voit un de ses anciens élèves réussir en occupant une fonction parmi les plus hautes de l’Etat on peut être sà»r que ce n’est plus « un succès insuffisant » pour contrarier Freud.

L’exemple le plus achevé est celui de mon ancien élève Moussa BALDE Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural.

Voilà  une des plus grandes sources de fierté pour gagner le bonheur d’être enseignant et profiter de cette grâce que seul ce métier peut procurer. La fierté est incommensurable quand vous revoyez d’anciens élèves qui vous disent que vous les avez marqués ou lorsque vous jetez un regard sur le cursus qu’ils ont suivi pour occuper de hautes fonctions. Cela n’a pas de prix !

En réalité, la réussite de Moussa ne me surprend guère si je me réfère à  l’élève de 1ère C en 1985 au lycée Djignabo de Ziguinchor. C’était une classe d’une vingtaine d’élèves de la série C l’équivalent de la série S1 aujourd’hui. Mais cette génération était de loin la plus performante par rapport à  la génération actuelle « numérisée » même si parmi cette dernière on retrouve encore des élèves doués.

Moussa était un élève modèle car très discipliné, d’une courtoisie débordante mais surtout très brillant et performant. En effet, il avait hâte de demander des explications supplémentaires sur des thèmes variés notamment ceux qui touchent l’actualité : développement et sous-développement, démographie, activités rurales et urbaines etc. Il se montrait alors très persévérant sur les sujets qui l’intéressent.

Moussa était aussi un élève enthousiaste et sà»r de lui, très vite orienté vers son autonomie car Il avait soif de connaissances et l’envie d’apprendre c’est-à -dire qu’il avait une motivation intrinsèque. Il défendait ses convictions car il avait confiance à  ses capacités. Son esprit était proche du béhaviorisme de Skinner qui dans la révolution scientifique de l’enseignement, avait remis en cause les pratiques d’enseignement o๠l’élève est passif devant l’enseignant qui communique son savoir.

Cet esprit très vif de Moussa nous ramène au socioconstructivisme qui est une théorie de l’apprentissage privilégiant le rôle actif de l’apprenant dans le processus de construction de ses connaissances.

Avec ses camarades tout aussi marqués par l’esprit critique des scientifiques en herbe, des débats délicieusement intelligents étaient lancés en classe. Il avait enfin de bonnes relations avec ses camarades et les influençait souvent d’une manière positive.

L’universitaire : le mathématicien
Les signes précurseurs de ce scientifique en herbe se sont accomplis rapidement à  l’UCAD o๠Moussa BALDE fut orienté après l’obtention de son Baccalauréat en série C en 1986. En 1991, il obtint sa maîtrise de mathématiques pures, puis le DEA de géométrie différentielle en 1993. Il soutient en 1999 sa thèse de doctorat à  l’Université de Rouen (France) spécialité mathématiques appliquées. Très logiquement -comme en mathématique- les portes du département de mathématiques et informatique de l’UCAD lui furent ouvertes en qualité d’assistant stagiaire de février 2000 à  septembre 2001.Ce poste à  la hauteur de son parcours académique n’est qu’une étape vers le sommet pour cet ancien élève de Djignabo. Il passa très vite maître assistant d’octobre 2001 à  septembre 2008, puis maître de conférences d’octobre 2008 à  septembre 2018 avant de devenir Professeur Titulaire à  l’UCAD depuis octobre 2018.

Le Pr Moussa BALDE par ses compétences et son expertise ne cessa d’accumuler les distinctions dont on peut citer entre autres:

Postdoc au Lss-Supelec-CNRS, Paris 11, France, (novembre 2003 à  juillet 2004)
Membre du comité scientifique pour la création de l’Université de Ziguinchor (Sénégal) (2006-2007)
Maître Conférences invité à  l’Institut de Mathématique de Toulouse, France (juin 2008)
Chercheur invité à  l’AIMS (African Institut of Mathematical Sciences), Cape Town, Afrique du Sud (Aoà»t et Septembre 2009)
Membre de Unité Mixte Internationale de Modélisation Mathématique et Informatiques des Systèmes Complexes, IRD
Membre du Laboratoire de Mathématiques de la Décision et d’Analyse Numérique (LMDAN)
Responsable du laboratoire Géométrie et Applications de l’UCAD (2008-2013)
Membre du comité de mise en place de l’Institut de mathématiques du Sénégal (2015)
Membre du Centre International de Mathématiques Pures et appliquées (CIMPA) France
Membre du Conseil d’administration la société francophone de biologie théorique (SFBT) (depuis 2013)
Promoteur Sud du Projet pour le développement des biomathématiques au Sénégal (2013-2017)
Secrétaire scientifique du projet Nonlinear Analysis Geometry and Applications (NLAGA) (2013-2016 et 2017-2020)
Regular associate International Center of Theoritical Physics ICTP (2011-2016)
Le Professeur Moussa BALDE a également participé à  la publication de plusieurs revues internationales ou dans des congrès internationaux ayant donné lieu à  un ouvrage collectif notamment :
N. ASSALA, M. BALDE and M. HAMRAOUI, Output Stabilization For Kinetic Networks part-2, IEEE TENCON-Digital Signal Processing Applications, 737-742, (1996)
N. ASSALA, M. BALDE and M. HAMRAOUI, Output Stabilisation for Kinetics Networks, IFAC-IFIP-IMACS Conference on Control of Industrial Systems, Belfort, France, 20-57, 572-578, (1997)
M. BALDE and P. JOUAN, Genericity of Observability of Control-Affine Systems, ESAIM : control, Optimisation and Calculus of variations (cocv) vol-3, pp 345-359, (1998)
I.TALL, M.BALDE, Normal forms for nonlinear control systems with scalar input, C.R.Académie des Sciences Paris, Ser. I, 341, 573-578, (2005)
M.BALDE, S. SAMBOU, B. TOURE, Sur les Groupes de ?b- Cohomologie des courants d’ordre 1, C.R.Maths Report, Acad. Scie. Canada Vol. 28 (3), 85-90, (2006)
M. BALDE, S. SAMBOU, EL. C. M. DIOP, Systèmes de Contact Intégrables à  Singularité non Dégénérées, C.R. Acad, Paris Ser. I, 343, 751-754, (2006)
M. BALDE, Remark on some isoperimetric problems, Journal des Sciences Vol 7 n°2, 4-17, (2007)
M. BALDE, U. BOSCAIN, Stability of Planar Switched Systems :the Nondiagonalizable, Communication on pure and applied analysis (CPAA), Vol 7, n°1, 1-21 (2008)
Ndolane Sène, Antoine Chaillet, Moussa Baldé, Relaxed conditions for the stability of switched nonlinear triangular systems under arbitrary switching, Systems & Control Letters 84, 52-56, (2015)
Sidy LY, Fulgence MANSAL, Diaraf SECK and Moussa BALDE, A Location Problem of Obstacles in Population Dynamics, Journal of Mathematics Research ; Vol. 8, No.4 ; (2016)
M. Baldé, P. Jouan, Said Naciri, Stability of Uniformly Bounded Switched Systems and Observability, Acta Applicandae Mathematicae, Vol 144, n°1, pp 55-75, (2016)
M. Balde, U. Boscain, P Mason, Corrigendum and addendum to, International journal of control 90 (10), 2249-2252, (2017)

Le Pr BALDE a aussi encadré plusieurs mémoires et thèses portant sur des sujets variés. Il a également beaucoup contribué à  l’impulsion de la recherche avec l’organisation d’écoles de recherches, séminaires, colloques et cours. C’est dans ce sens qu’il a favorisé le financement de la recherche avec de nombreux partenaires.

Ainsi, après les écoles CIMPA de 2011 et 2012, il avait décidé avec ses collègues de travailler sur la mise en place d’un grand laboratoire de mathématiques regroupant le maximum de chercheurs de l’UCAD.

Tout cela démontre la générosité de Pr BALDE dans la formation des étudiants et ses qualités de leadership pour le développement des sciences à  l’UCAD, qualités qu’il a fait prévaloir dans toutes les fonctions de responsabilités qu’il a occupées.

L’engagement politique
Le Pr Moussa BALDE dans sa volonté de participer au développement économique et social du Sénégal et de son terroir natal s’est engagé dans la vie politique. Il milite au sein de l’Alliance pour la République (APR) dans son Fouladou natal depuis 2011 o๠il a beaucoup contribué à  la réélection du Président Macky Sall. Très vite, il gagna la confiance non seulement de ses camarades de parti et de ses alliés politiques de Benno Bokk Yakaar mais surtout des populations de la région de Kolda. Cette marque de confiance lui valut d’être désigné coordonnateur de l’APR dans le département de Kolda. Mais c’est surtout mais en juillet 2014 que son engagement politique connut un tournant décisif avec son élection comme premier Président du Conseil Départemental de Kolda créé à  la faveur l’Acte III de la décentralisation.

Au sein de l’APR, le Pr Moussa BALDE est non seulement membre de la Convergences des Cadres Républicains (CCR) depuis son adhésion dans le parti en 2011, mais aussi il est le coordonnateur du Réseau des Universitaires Républicains (RUR) depuis 2012.

C’est un organe du parti au pouvoir considéré comme une structure d’alerte, de veille et de contribution. Le RUR joue aussi le rôle de véritable laboratoire d’idées de l’Alliance pour la République (APR), qui réagit régulièrement à  l’actualité politique par la publication de communiqués traduisant les options du parti et du gouvernement. En outre, le Pr BALDE a toujours laissé une forte impression auprès du public lors des débats télévisés par son éloquence et la maîtrise des thèmes développés.

Par ailleurs, le Pr Moussa BALDE avait été désigné par ses pairs Président de l’Entente des Conseils Départementaux de la Casamance créée en novembre 2015 à  Kolda. Malgré ses nombreuses charges, il ne cesse de descendre sur le terrain en retrouvant sa base pour mobiliser les militants, mais surtout s’enquérir des problèmes des populations afin de trouver des pistes de solutions. Dans cette perspective, le Président du Conseil Départemental de Kolda avait réuni le 19 aoà»t 2021 les membres de la coalition BBY pour les inviter à  la mobilisation durant les inscriptions sur les listes électorales. On avait noté lors de cette rencontre la présence de près d’une vingtaine de partis et d’une dizaine de maires de la coalition BBY.

Il avait alors affirmé lors de cette réunion : « J’avais convoqué la coalition BBY du département. pour m’enquérir de l’état d’avancement de la révision des listes électorales. Et nous avons tous noté ensemble que la révision exceptionnelle des listes se déroule bien dans le département. Les commissions travaillent normalement. Ainsi, les maires m’ont rassuré en disant qu’ils ne rencontrent pas beaucoup de difficultés de même que l’ensemble des partis de la coalition BBY. Et nous avons conclu qu’il faut rester mobilisés pour que nos militants, les jeunes et les primo votants soient inscrits massivement. »

Très en verve dans son habit politique il explique : « J’ai l’habitude de dire que la région de Kolda représente 40% de la population de la Casamance. En ce sens, nous sommes plus peuplés que les régions de Ziguinchor et de Sédhiou. Mais en termes de population électorale Ziguinchor nous devance. Et c’est donc l’occasion pour nous de corriger cette situation.. J’ai demandé aux maires, à  tous les responsables. de rester mobilisés pour que nous ayons le maximum d’inscrits favorables à  la mouvance présidentielle…». Le Pr BALDE jouit d’un grand respect pour son efficacité, sa proximité auprès de populations et surtout pour son sens de la mesure, car son credo est « parler peu et écouter beaucoup pour bien agir »
IV. De la SODAGRI au Ministère de l’Agriculture

Les compétences du Pr Moussa BALDE ont convaincu le Président Macky SALL qui le nomma Directeur Général de la Société de Développement Agricole et Industriel du Sénégal (SODAGRI), poste qu’il occupa de février 2013 à  avril 2019. Très vite, il marqua son empreinte dans cette société par son pragmatisme et son leadership.

Alors, il se consacra à  la création et à  la réhabilitation des pistes de désenclavement. Puis, il favorisa l’aménagement de petits périmètres irrigués sur financement de l’Etat dans le cadre du PRACAS (Programme d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise) et de la Banque Mondiale dans le cadre du PASAEL (Projet d’Appui à  la Sécurité Alimentaire et à  l’Elevage). Dans ces programmes la réhabilitation des barrages de Niandouba et du Confluent dans le bassin de l’Anambé fut un véritable chef-d’Å“uvre. Ce qui a valu au Pr Moussa BALDE le qualificatif de « sauveur de la vallée de l’Anambé ».

Dès lors, la mise valeur connut un essor rapide avec l’augmentation des emblavures. Ainsi, sous le magistère du Pr Moussa BALDE les périmètres emblavés sont passés de 1600 ha en 2014 à  4000 en 2017 à  titre d’exemple. En outre, l’expansion des projets d’aménagement hydro-agricoles des surfaces cultivables et l’accroissement des rendements mais aussi des productions agricoles, ont permis à  la SODAGRI de développer une agriculture efficiente dans une approche inclusive car les populations locales étaient mises au premier plan. Il est l’artisan de l’extension de la SODAGRI dans toute la Casamance, à  Tambacounda et à  Kédougou. D’ailleurs, il est élevé au grade de Chevalier de l’ordre national du Lion depuis mars 2017.

A la lumière de ces résultats impressionnants le Chef de l’Etat Macky SALL n’a pas hésité à  lui confier le poste de Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural en avril 2019. Dans une note intitulée « les Chroniques du Doyen » et datée du 07 septembre 2021, Magib SENE écrivait « c’est l’homme qu’il faut à  la place qu’il faut ». Sa nomination a suscité un grand enthousiasme non seulement chez les populations du Fouladou mais aussi chez les sénégalais en général souvent très sceptiques au sujet de la capacité des personnalités choisies pour assumer certains postes de responsabilité.

Conscient alors de ses responsabilités, le Pr Moussa BALDE indique dans son mot de bienvenue du site de son ministère : « comme l’humanité tend toujours vers le progrès, pour ne pas rater ce rendez-vous de l’histoire, le Sénégal s’est appuyé sur des leviers stratégiques pour une transformation structurelle de l’économie et une croissance inclusive. Evidemment, l’agriculture reste la force dominante dans ce dispositif car elle en est le principal moteur qui doit baliser la voie du progrès.
Aujourd’hui, les indices de performance attestent que l’agriculture est en mouvement et le catalyseur de ce nouvel élan est à  chercher dans ce qu’il est convenu d’appeler le PRACAS, qui est le volet dédié à  ce secteur dans le PSE ».

C’est une marque de confiance importante du Chef de l’Etat car l’agriculture occupe plus de 60% de la population active sénégalaise. C’est donc le moteur de notre économie et dans l’histoire de l’humanité, rares sont les pays ayant connu une croissance économique rapide et vaincu la pauvreté sans que ces progrès aient été précédés ou accompagnés du développement de l’agriculture.

Ainsi, grâce au management du Pr Moussa BALDE des résultats spectaculaires ont été obtenus ces dernières années notamment, avec les productions record de la campagne agricole 2020 /2021 dans presque toutes les variétés. C’est cela qui a motivé le Président de la République qui dans le cadre de la résilience économique et de la souveraineté alimentaire a augmenté de 50% soit 20 milliards de francs CFA, le budget de la campagne 2020 du ministère de l’Agriculture comparé à  l’année 2019. Et à  travers le PAP2A, l’agriculture reste le moteur principal de la relance économique et sociale.??Cette augmentation du budget a permis de booster les performances agricoles avec la mise à  disposition des intrants et des semences subventionnées en qualité et en quantité. Il en est de même pour les équipements o๠des milliers de matériels agricoles ont été subventionnés et remis aux producteurs. Tous ces efforts favorisés par une bonne pluviométrie ont permis à  l’agriculture sénégalaise d’atteindre des productions exceptionnelles sur toute l’étendue du territoire.??La prochaine campagne agricole ouvre aussi de bonnes perspectives à  la faveur d’une pluviométrie correcte, et à  la lumière des premiers bilans tirés des tournées de suivi du Pr Moussa BALDE dans les régions de Tambacounda, de Kédougou, de Sédhiou, de Kolda et de Ziguinchor. Cet optimisme repose également sur la distribution de semences certifiées et des intrants comme l’engrais en quantité suffisante, avec l’accélération de mécanisation.

Moustapha KEBE
Enseignant à  la retraite

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)