Procès des 100 jours en RDC : les dessous de la libération « surprise » des deux patrons

Par , publié le .

Actualité

La libération le 8 janvier de Modeste Makabuza et Benjamin Wenga, directeurs généraux de la Société congolaise de construction (Sococ) et de l’Office des voiries et drainage (OVD), a fait scandale à  Kinshasa. Aucune raison officielle n’a été avancée, alors que les deux hommes ont été condamnés en juin 2020 pour détournement de deniers publics, concussion et corruption dans le cadre du procès des 100 jours, lors duquel Vital Kamerhe a écopé de vingt ans de prison. L’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi n’a lui pas recouvré sa liberté, tout comme ses co-accusés Samih Jammal et Muhima Ndole.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut