« Quel crédit donner à  l’Ofnac, L’Armp, la Cour des comptes. ? » (Economiste)

Par , publié le .

Actualité

 Quel crédit donner à  la cour des comptes, si l’on se réfère à  la manière dont l’Etat gère les rapports qu’elle lui donne tous les ans ? La même question peut être posée pour l’agence de régulation des marchés (ARMP), l’Ofnac entre autres institutions de régulations. Autant d’interrogations de Mounirou Ndiaye, économiste, invité de « Objection » sur Sud FM.
 
Selon lui, nous avons un réel problème de régulation des institutions. « Le Sénégal n’a pas d’organes forts pour  effectuer un vrai contrôle. Le Sénégal, il faut le dire, n’a pas les structures institutionnelles pour mettre correctement en Å“uvre un plan d’émergence » dit-il. Sur le plan des contrats de l’Etat qui a pris ses responsabilités par rapport au partenariat public-privé, il y a les offres d’initiatives privées mais aucune mesure appliquée qui protège réellement les intérêts nationaux dans l’économie n’a été prise, a noté l’invité. «  On nous parle de contenu local entre autre mais rien de concret au niveau des textes d’application »
 
Par ailleurs, l’enseignant-chercheur notifie que 34% du PIB est le fruit d’entreprises européennes, 24% entreprises françaises, si on y  ajoute les intérêts marocains, turcs, indiens, globalement rien ne reste pratiquement. «  Il n’y a que l’informel qui n’est pas organisé et qui ne peut pas supporter une économie. On ne donne pas aux PME le crédit qu’il leur faut pour s’exprimer et se développer Pourtant, malgré tout elles ont un apport important dans l’économie », analyse-t-il.
 
 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)