Relisez les Go de Cébé (semaine du 16 au 22 avril)

Relisez les Go de Cébé (semaine du 16 au 22 avril)

Rewmi Le 2018-04-22  Source

GO : Le SMS de Grand Niasse

Mais désormais il faut convenir que c'est aussi un bon père de famille, une mère poule sensible et pleureuse.
Satisfait du travail de Madior, le constitutionnaliste de la galaxie (dont certains disent qu'il travaille au noir en tant que couturier) Niasse, en pleine Assemblée Nationale n'a pas hésité le porter aux nues. A le sacraliser presque, avant de lui confier qu'il venait d'ailleurs d'envoyer un texto urgent Maodo Gallé, pour vanter les mérites du Ministre de la justice devenu arrogant depuis son apostasie.

Voici le brouillon du SMS que nous avons pu nous procurer: « Boy Sall daal, Ngande gua ! Au début je n'étais pas trop chaud. Je ne pensais pas qu'un intello pouvait régler des problèmes politiques de cette dimension, comme un Moustapha Cissé Lô ou un Mbaye Ndiaye.
Mais tu m'as convaincu: «Ton Boy Fall la, dou nit ». Ki daal, il faut le conserver coute que coute. Il est fort. Il a beaucoup d'ambition et peut nous beaucoup servir. On verra ton retour. Bon séjour !
Grand Niasse. Tel : 76 000 00 00

GO : Du rififi ministériel avant le combat de Jeudi

Elle, c'est Rahma Ndao. Elle a 15 ans. C'est une américaine d'origine sénégalaise. Une surdouée qui affole les statistiques aux Etats-Unis et dimanche dernier, elle était l'invitée de Mamoudou Ibra Kane dit "Mité'' Kane.

Ce qu'ils se sont dits ? Plusieurs choses. Mais comme ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre des surdoués sur sa route, on aurait dit que pour une fois, le journaliste ne semblait pas trop savoir comment l'interviewer ?

Fallait-il lui parler comme une grande, une adulte, vu son coefficient intellectuel qui donnerait des complexes certains ministres de Macky ?

Justement pas. C'était ce qu'il fallait surtout éviter. Surdouée ou pas, Rahma est une gamine comme toutes les autres, qui croque les choses de son âge. Elle peut beau cracher le feu la fac, la maison, comme tout le monde, elle consomme des trucs de sa génération comme les hamburgers et la musique de Rihanna.

Du Mbalakh sénégalais aussi ?

Probablement. Une surdouée sait faire des tas de choses. Intéressant que la prochaine fois, elle nous dise comment elle vit sa « sénégalité » dans le pays de Trump. Ce sont des questions comme ça dont raffolent ses compatriotes.

GO: A quel jeu joue ABC ?

Ainsi, cette histoire de parrainage cousue de fil blanc, qui passionne et fidélise les centre des discussions au Sénégal depuis plusieurs semaines, semble le laisser de marbre. Comme très souvent par le passé.

Sans chercher jouer au juge ou au serviteur zélé comme il est de bon ton, lui préfère réserver son énergie pour plus propre, plus clean, plus utile.
«Je suis un serviteur de l'Etat parmi tant d'autres soucieux du devenir de notre pays. Je laisserai l'administration, l'Assemblée nationale et aux partis politiques le soin d'apprécier le projet du parrainage. Moi, j'appelle tout simplement un dialogue permanant qui ne doit jamais s'estomper », a-t-il récemment confié.

Ah ! Quelle belle musique on aimerait entendre plus souvent de la bouche des cadres de l'Etat !

Mais désormais il faut convenir que c'est aussi un bon père de famille, une mère poule sensible et pleureuse.
Satisfait du travail de Madior, le constitutionnaliste de la galaxie (dont certains disent qu'il travaille au noir en tant que couturier) Niasse, en pleine Assemblée Nationale n'a pas hésité le porter aux nues. A le sacraliser presque, avant de lui confier qu'il venait d'ailleurs d'envoyer un texto urgent Maodo Gallé, pour vanter les mérites du Ministre de la justice devenu arrogant depuis son apostasie.

Voici le brouillon du SMS que nous avons pu nous procurer: « Boy Sall daal, Ngande gua ! Au début je n'étais pas trop chaud. Je ne pensais pas qu'un intello pouvait régler des problèmes politiques de cette dimension, comme un Moustapha Cissé Lô ou un Mbaye Ndiaye.
Mais tu m'as convaincu: «Ton Boy Fall la, dou nit ». Ki daal, il faut le conserver coute que coute. Il est fort. Il a beaucoup d'ambition et peut nous beaucoup servir. On verra ton retour. Bon séjour !
Grand Niasse. Tel : 76 000 00 00

GO : Du rififi ministériel avant le combat de Jeudi

Elle, c'est Rahma Ndao. Elle a 15 ans. C'est une américaine d'origine sénégalaise. Une surdouée qui affole les statistiques aux Etats-Unis et dimanche dernier, elle était l'invitée de Mamoudou Ibra Kane dit "Mité'' Kane.

Ce qu'ils se sont dits ? Plusieurs choses. Mais comme ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre des surdoués sur sa route, on aurait dit que pour une fois, le journaliste ne semblait pas trop savoir comment l'interviewer ?

Fallait-il lui parler comme une grande, une adulte, vu son coefficient intellectuel qui donnerait des complexes certains ministres de Macky ?

Justement pas. C'était ce qu'il fallait surtout éviter. Surdouée ou pas, Rahma est une gamine comme toutes les autres, qui croque les choses de son âge. Elle peut beau cracher le feu la fac, la maison, comme tout le monde, elle consomme des trucs de sa génération comme les hamburgers et la musique de Rihanna.

Du Mbalakh sénégalais aussi ?

Probablement. Une surdouée sait faire des tas de choses. Intéressant que la prochaine fois, elle nous dise comment elle vit sa « sénégalité » dans le pays de Trump. Ce sont des questions comme ça dont raffolent ses compatriotes.

GO: A quel jeu joue ABC ?

Ainsi, cette histoire de parrainage cousue de fil blanc, qui passionne et fidélise les centre des discussions au Sénégal depuis plusieurs semaines, semble le laisser de marbre. Comme très souvent par le passé.

Sans chercher jouer au juge ou au serviteur zélé comme il est de bon ton, lui préfère réserver son énergie pour plus propre, plus clean, plus utile.
«Je suis un serviteur de l'Etat parmi tant d'autres soucieux du devenir de notre pays. Je laisserai l'administration, l'Assemblée nationale et aux partis politiques le soin d'apprécier le projet du parrainage. Moi, j'appelle tout simplement un dialogue permanant qui ne doit jamais s'estomper », a-t-il récemment confié.

Ah ! Quelle belle musique on aimerait entendre plus souvent de la bouche des cadres de l'Etat !

Elle, c'est Rahma Ndao. Elle a 15 ans. C'est une américaine d'origine sénégalaise. Une surdouée qui affole les statistiques aux Etats-Unis et dimanche dernier, elle était l'invitée de Mamoudou Ibra Kane dit "Mité'' Kane.

Ce qu'ils se sont dits ? Plusieurs choses. Mais comme ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre des surdoués sur sa route, on aurait dit que pour une fois, le journaliste ne semblait pas trop savoir comment l'interviewer ?

Fallait-il lui parler comme une grande, une adulte, vu son coefficient intellectuel qui donnerait des complexes certains ministres de Macky ?

Justement pas. C'était ce qu'il fallait surtout éviter. Surdouée ou pas, Rahma est une gamine comme toutes les autres, qui croque les choses de son âge. Elle peut beau cracher le feu la fac, la maison, comme tout le monde, elle consomme des trucs de sa génération comme les hamburgers et la musique de Rihanna.

Du Mbalakh sénégalais aussi ?

Probablement. Une surdouée sait faire des tas de choses. Intéressant que la prochaine fois, elle nous dise comment elle vit sa « sénégalité » dans le pays de Trump. Ce sont des questions comme ça dont raffolent ses compatriotes.

GO: A quel jeu joue ABC ?

Ainsi, cette histoire de parrainage cousue de fil blanc, qui passionne et fidélise les centre des discussions au Sénégal depuis plusieurs semaines, semble le laisser de marbre. Comme très souvent par le passé.

Sans chercher jouer au juge ou au serviteur zélé comme il est de bon ton, lui préfère réserver son énergie pour plus propre, plus clean, plus utile.
«Je suis un serviteur de l'Etat parmi tant d'autres soucieux du devenir de notre pays. Je laisserai l'administration, l'Assemblée nationale et aux partis politiques le soin d'apprécier le projet du parrainage. Moi, j'appelle tout simplement un dialogue permanant qui ne doit jamais s'estomper », a-t-il récemment confié.

Ah ! Quelle belle musique on aimerait entendre plus souvent de la bouche des cadres de l'Etat !

Elle, c'est Rahma Ndao. Elle a 15 ans. C'est une américaine d'origine sénégalaise. Une surdouée qui affole les statistiques aux Etats-Unis et dimanche dernier, elle était l'invitée de Mamoudou Ibra Kane dit "Mité'' Kane.

Ce qu'ils se sont dits ? Plusieurs choses. Mais comme ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre des surdoués sur sa route, on aurait dit que pour une fois, le journaliste ne semblait pas trop savoir comment l'interviewer ?

Fallait-il lui parler comme une grande, une adulte, vu son coefficient intellectuel qui donnerait des complexes certains ministres de Macky ?

Justement pas. C'était ce qu'il fallait surtout éviter. Surdouée ou pas, Rahma est une gamine comme toutes les autres, qui croque les choses de son âge. Elle peut beau cracher le feu la fac, la maison, comme tout le monde, elle consomme des trucs de sa génération comme les hamburgers et la musique de Rihanna.

Du Mbalakh sénégalais aussi ?

Probablement. Une surdouée sait faire des tas de choses. Intéressant que la prochaine fois, elle nous dise comment elle vit sa « sénégalité » dans le pays de Trump. Ce sont des questions comme ça dont raffolent ses compatriotes.

GO: A quel jeu joue ABC ?

Ainsi, cette histoire de parrainage cousue de fil blanc, qui passionne et fidélise les centre des discussions au Sénégal depuis plusieurs semaines, semble le laisser de marbre. Comme très souvent par le passé.

Sans chercher jouer au juge ou au serviteur zélé comme il est de bon ton, lui préfère réserver son énergie pour plus propre, plus clean, plus utile.
«Je suis un serviteur de l'Etat parmi tant d'autres soucieux du devenir de notre pays. Je laisserai l'administration, l'Assemblée nationale et aux partis politiques le soin d'apprécier le projet du parrainage. Moi, j'appelle tout simplement un dialogue permanant qui ne doit jamais s'estomper », a-t-il récemment confié.

Ah ! Quelle belle musique on aimerait entendre plus souvent de la bouche des cadres de l'Etat !

Ainsi, cette histoire de parrainage cousue de fil blanc, qui passionne et fidélise les centre des discussions au Sénégal depuis plusieurs semaines, semble le laisser de marbre. Comme très souvent par le passé.

Sans chercher jouer au juge ou au serviteur zélé comme il est de bon ton, lui préfère réserver son énergie pour plus propre, plus clean, plus utile.
«Je suis un serviteur de l'Etat parmi tant d'autres soucieux du devenir de notre pays. Je laisserai l'administration, l'Assemblée nationale et aux partis politiques le soin d'apprécier le projet du parrainage. Moi, j'appelle tout simplement un dialogue permanant qui ne doit jamais s'estomper », a-t-il récemment confié.

Ah ! Quelle belle musique on aimerait entendre plus souvent de la bouche des cadres de l'Etat !

→ Lire l'article au complet sur Rewmi



Nous vous recommandons

Actualité

Ouza: « Wade reste le meilleur Président du Sénégal »

Dakarmatin

Actualité

Mamadou Lamine Diallo démolit la Der

Dakarmatin