Réponses des jeunes aux autorités : «on entend parler de projets à hauteur de plusieurs milliards, et au finish, on ne voit jamais rien»

Par , publié le .

Actualité

Dans le cadre de la lutte contre l ‘émigration clandestine, le gouverneur de la région de Dakar Al Hassan Sall a présidé hier un Comité Régional de Développement (Crd) qui a vu la participation de différents acteurs. En plus de la sensibilisation, le gouverneur de Dakar propose l’approche multisectorielle pour freiner ce phénomène qui entraîne la mort de milliers de jeunes sénégalais sur les côtes atlantiques et méditerranéennes. Mais les jeunes ont aussi exposé leurs préoccupations.

«Il faut donc que vous vous appropriez les politiques de l’Etat», a lancé le gouverneur aux migrants de retour, aux associations de victimes et aux groupements de femmes venus assister au Crd. Ainsi, il a suggéré à ces derniers de se rapprocher des services tels que la Délégation à l’entrepreneuriat rapide (Der) qui finance les jeunes et les femmes désirant travailler.

Il cite également le Programme des Domaines Agricoles Communautaires (Prodac) qui, selon lui, est une réponse à la problématique de l’emploi des jeunes. D’ailleurs, il propose de mettre sur pied un cadre de concertation entre la Der, le Prodac et l’ensemble des structures de jeunes, les associations sportives regroupées autour de l’Oncav etc.

La plupart des jeunes ont axé leur intervention sur l’accès au financement, le manque d’emplois au Sénégal. Pour ces candidats malheureux à l’émigration irrégulière, l’obtention de financement demeure leur plus grand problème.

«On entend parler de projets à hauteur de plusieurs milliards, et au finish, on ne voit jamais rien. Aidez-nous à rester au pays en nous offrant du travail, mais aussi en facilitant l’accès au financement », a plaidé un migrant qui a tenté sans succès de se rendre en Europe.

Avec « L’As »

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut