Reprise des enseignements dans les universités : Le Sudes/Esr dénonce « une injonction voilée adressée aux autorités académiques »

Reprise des enseignements dans les universités : Le Sudes/Esr dénonce « une injonction voilée adressée aux autorités académiques »

Xalimasn Le 2020-08-08  Source

XALIMANEWS : Le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement supérieur et recherche (Sudes/Esr) s'est offusqué de la déclaration du Président relative la reprise des cours dans les universités. Il s'est aussi prononcé sur l'orientation de tous les bacheliers des sessions 2019 et 2020 dans les universités publiques qui relèverait d'une « projection dans l'inconnu ».

«Dans le communiqué sanctionnant le conseil des ministres du 05 août 2020, il est mentionné que le Chef de l'Etat a non seulement « insisté sur la reprise, dans les meilleures conditions sanitaires, des enseignements en présentiel dans les universités et établissements d'enseignement supérieur compter du 01 septembre 2020 » mais a également « souligné la nécessité d'assurer l'orientation de tous les bacheliers, y compris ceux restant au titre de l'année 2019 et ceux attendus pour la session de 2020 ». Si le Sudes/esr se félicite de cet intérêt renouvelé pour l'enseignement supérieur de la part du Chef de l'Etat, il ne peut pas ne pas déplorer ce qu'il perçoit comme une injonction voilée adressée aux autorités académiques dans sa déclaration », affirment les camarades du docteur Oumar Dia. Face cette situation, «le Sudes/esr se fait le devoir de rappeler au Chef de l'Etat la totale autonomie des universités. Il va de soi qu'une mesure comme celle de l'état d'urgence sanitaire décrétée par le gouvernement s'impose naturellement aux universités. Par contre, une décision comme celle de la reprise des cours en présentiel est du ressort exclusif des instances pédagogiques ». Aussi, «le Sudes/esr, fondamentalement attaché l'autonomie des universités, avertit qu'il s'opposera fermement toute forme ou velléité de remise en cause de cette importante prérogative. À ce jour, le Sudes/esr considère une reprise des cours la date du 01 septembre 2020 comme relevant simplement de la projection. Seule l'évolution de la pandémie dictera de la reprise ou non des cours en présentiel cette date. Le droit de retrait étant un droit acquis du travailleur, le Sudes/esr n'hésitera pas appeler les enseignants l'exercer au cas où ils seraient exposés des contaminations la Covid-19 dans leurs lieux de travail ». Sur cette question de la sécurité sanitaire des enseignants dans leurs lieux de travail, le Sudes/esr informe qu'il ne tolérera pas la moindre défaillance ».

« Projection dans l'inconnu »

Quant la déclaration du Chef de l'Etat relatif l'orientation de tous les bacheliers des sessions 2019 et 2020 dans les universités publiques, les syndicalistes trouvent «qu'elle relève non seulement d'une sorte de projection dans l'inconnu mais aussi d'un aveu d'échec de ses différents ministres de l'Enseignement supérieur et de la Recherche qui ont tous été incapables de terminer les chantiers des universités Amadou Makhtar Mbow (Uam) de Diamniadio et Sine Saloum El Hadji Ibrahima Niasse (Ussein) de Kaolack et des Isep ».

Pour le Sudes/Esr, «compte tenu de la situation sanitaire actuelle, l'urgence ne devrait pas être de se projeter sur l'orientation venir des nouveaux bacheliers ?personne ne sait comment et quand cette année scolaire et universitaire va se terminer ?mais d'achever toutes les constructions en cours dans les universités. Malheureusement cette dernière sortie du Chef de l'Etat montre que lui et son gouvernement continuent encore de se tromper sur le véritable ordre de priorités dans le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche ».

Nous vous recommandons