Respect de la parole du Président Macky Sall sur la rédution du mandat : “Affaire-bi-fila” n'en a que faire

Par , publié le .

Actualité

BECAYE DIOPC'est sa certitude du moment ! L'ancien ministre de l'Intérieur sous le défunt régime de Me Abdoulaye Wade, alias “Affaire-bi-fila” (Ndlr : Bécaye Diop avait laissé entendre, il y a quelques années, que Touba était la confrérie qui vaille) a déclaré, ce jeudi, que le mandat du Président de la République doit prendre fin en 2019.

Et que Macky Sall, pense-t-il, ne peut pas le réduire. Fut-il par le biais d'un référendum. C'est sur la Rts1 que l'ancien maire de Kolda l'a affirmé, au sortir de l'audience que le Chef de l'Etat lui a accordée, ce 25 juin 2015.

Contrairement au Président Macky Sall qui tient à son dur désir d'honorer sa promesse de ramener son mandat de sept à cinq ans faite aux Sénégalais, sans la moindre contrainte encore moins torture, Bécaye Diop entonne une chanson, dont il a seul le secret. A cet effet, le responsable du Parti démocratique sénégalais ou ce qu'il en reste, crédité de vouloir déposer ses baluchons dans les prairies marron-beige, de laisser entendre que la promesse de Macky Sall n'engage que celui qui l'avait faite.

En un comme en mille mots, pour Bécaye Diop, croit dur comme fer que l'engagement qu'avait pris le locataire du palais n'était ni plus ni moins que celui du candidat d'alors. Et qu'à ce titre, le mandat du Président de la République ne saurait en souffrir. A rappeler également que lorsque Macky Sall lui a rendu visite, il y a quelques mois, pour lui présenter ses condoléances, et l'inviter à venir le soutenir, l'ex-édile de Kolda lui avait rétorqué : “j'ai entendu ce que tu as dit. Mais sache que tu ne trouveras jamais tes ennemis dans mon camp”.

Poursuivant, il ajoutait, à l'époque, “tant que je vivrais, nul ne passera par moi pour te faire du mal. Si tu cherches un ami, saches que tu le trouveras chez moi”. C'est vrai que nous ne sommes pas du même parti, mais cela n'entamera en rien nos relations. On a même dit que tu m'as offert beaucoup d'argent, que tu m'as acheté. Et c'est pourquoi je n'ai pas fait de campagne durant les locales. Cela n'engage que ceux qui l'ont dit. J'étais en convalescence et je ne pouvais pas faire de campagne. Mais pour ta demande, on parlera. Je viendrai te trouver à Dakar et on parlera. Je ne suis pas ton ennemi».

Actusen.com

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)