Sahel: au coeur de la traque du chef terroriste Iyad Ag Ghali

Sahel: au coeur de la traque du chef terroriste Iyad Ag Ghali

Lepoint Il y'a 2 semaines  Source

Dans la liste des chefs terroristes neutraliser en priorité dans la BSS, la bande sahélo-saharienne dans le jargon militaire, le Touareg Iyad Ag Ghali occupe toujours la première place. Les Etats-Unis ont mis sa tête prix cinq millions de dollars. Depuis des mois, les services de renseignements français et américains essaient de capturer et d'éliminer le chef du Groupe de soutien l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié Al-Qaïda, qui regroupe plusieurs unités de djihadistes l'origine de nombreuses attaques dans la région. Images satellitaire et de drones interprétées par la Direction du renseignement militaire, écoutes de la DGSE, la centrale d'espionnage française, confidences de villageois recueillies sur le terrain par les spécialistes du dispositif Barkhane, ordinateurs, téléphones, documents récupérés après chaque opération par les commandos de la force Sabre du COS, le commandement des forces spéciales déployé Ouagadougou, tous participent la traque de l'ennemi public n°1, qualifié de terroriste par Emmanuel Macron le23décembre2017lorsqu'il est venu fêter Noël auprès des soldats français déployés Niamey. «Un criminel contre lequel la France mène la guerre sans la moindre négociation», a-t-il dit, précisant «que la France la mène de manière claire, avec des femmes et des hommes courageux qui risquent leur vie contre ses troupes et feront tout pour les neutraliser, avec des forces du G5 qui sont dans la même clarté opérationnelle, et, si j'en crois ce qui m'a été dit, la même clarté et la même détermination de la part de toutes les puissances de la région», désignant demi-mot l'Algérie, qui abriterait le chef terroriste sur son territoire.

Iyad Ag Ghaly en Algérié

Deux semaines auparavant, au cours d'une visite officielle Alger, le chef de l'Etat français a abordé le cas Ag Ghaly avec le vice-ministre de la Défenseet chef d'état-major, le général Gaïd Salah. Les deux hommes se sont rencontrés dans un salon, non pas de l'ambassade de France, mais la résidence présidentielle de Zeralda, après qu'Emmanuel Macron a effectué «une visite de courtoisie» au président Bouteflika, très diminué et quasiment privé de parole. Auprès du général algérien, le président français a une nouvelle fois insisté pour que le chef terroriste ne bénéficie plus de la mansuétude, sinon de la protection des autorités dans le désert......

→ Lire l'article au complet sur Lepoint



Nous vous recommandons

Actualité

Atelier sur "l'intégration du commerce", jeudi

Aps