SANDIARA – ADDUCTION D’EAU : Le projet »˜’Course contre la soif » abreuve 25 villages

Par , publié le .

Actualité

 

La fourniture en eau potable de tous les villages de sa commune est l’une des priorités majeures du maire de Sandiara qui, dans son Plan Sandiara émergent, a enclenché son projet »˜’Course contre la soif » destiné à  étendre le réseau hydraulique à  l’ensemble de sa commune. Les travaux d’adduction sur le réseau d’eau dans 25 villages sont terminés.

 

Ce sont 25 villages de la commune de Sandiara qui sont branchés au réseau d’adduction, sur les 33 qu’en compte la commune dirigée par Serigne Guèye Diop. Une action qui entre dans le cadre du projet »˜’Course contre la soif » initié par le maire de la commune, par ailleurs, Ministre conseiller du président de la République. C’est un projet d’une valeur de 200 millions de francs CFA mis en Å“uvre en collaboration avec l’association Vivre en Brousse basée en France et la SHEO, qui concerne un linéaire de 25 km de réseau dans cette première phase.

Cette réalisation permet aux femmes de pousser un ouf de soulagement. Elles ne vont plus parcourir plusieurs kilomètres pour s’approvisionner en eau. L’objectif de ce projet est de toucher l’ensemble des 33 villages de la commune avant la fin de l’année 2021. »˜’J’avais commencé ce projet en 2014, en offrant 35 millions de francs CFA à  la mairie de Sandiara, pour la réalisation de 5 km de réseau hydraulique, pour permettre à  300 familles d’avoir de l’eau potable à  Sandiara, d’abord », informe l’édile.
 
 Mais, ajoute Serigne Guèye Diop, ce projet a continué avec un partenaire, Vivre en Brousse, de Clermont-Ferrand, en France, qui a permis de dépenser 200 millions de francs CFA, permettant d’avoir une enveloppe de 235 millions de francs CFA pour réaliser 20 km de réseau hydraulique afin d’approvisionner en eau potable 25 autres villages.
 
Selon le maire, la deuxième phase de ‘Course contre la soif’ qui, à  terme, coà»tera près de 250 millions de francs CFA, va concerner les villages de la zone sud de sa commune. En effet, indique-t-il, »˜’disposer de l’eau et de l’électricité, c’est un des éléments des droits élémentaires. On ne devrait pas, en 2021, inaugurer des bornes fontaines dans les communes du Sénégal. C’est parce que ça aurait dà» être fait depuis très longtemps. Notre objectif, c’est de régler à  100 %, avant la fin de cette année, l’accès à  l’eau et à  l’électricité », a assuré l’édile de la commune.
 
Pour sa part, le chef du village de Faylaar a exprimé toute sa satisfaction de voir une vieille doléance des populations concrétisée. »˜’C’est la première fois, dans l’histoire de notre village, que nous voyons des tuyaux enfouis sous nos terres pour nous permettre de pouvoir, maintenant, disposer d’une eau potable. Nous en remercions notre maire pour sa diligence et le respect des engagements pris », a indiqué Mbaye Sarr. 
 
IDRISSA AMINATA NIANG

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut