Scandale Petrotim : le trait d'union PDS&APR !

Scandale Petrotim : le trait d'union PDS&APR !

Dakarmatin Le 2019-10-15  Source

2011 - le Courtier véreux et le contrat frauduleux

En 2011, un individu prénommé Franc TIMIS (introduit par Pierre Goudiaby ATEPA et Samuel Sarr), a réussi entrer en possession d'un contrat sénégalais lui conférant 90% des droits sur l'exploitation de deux blocs de pétrole. La loi sénégalaise de 1998 a été violée dans son article 8 et le comité technique contournée (cf-audition du CT1 membre du comité technique d'évaluation). Ce qui signifie que nos dirigeants de l'époque ont permis ce courtier auparavant accusé de « dealer » (trafic de cocaïne, spéculateur, expert des paradis fiscaux et du blanchiment) et n'ayant donné aucune preuve de possession d'une compagnie chercheuse-extractrice-évaluatrice de gisement ( donc techniquement équipée, démontrant de l'expérience de terrain et avec des états financiers sur 2 3 ans démontrant de sa santé financière et de sa capacité d'emprunt) entrer en possession d'un contrat exigeant un investissement de plus 48 milliards de FCFA.

2012 - Rapport fallacieux et décrets immoraux

La manière dont ce contrat a été octroyé Frank TIMIS interpelle tout financier ou Initié, qui trouvera suspicieux qu'un contrat aussi exigeant et technique se retrouve entre les mains de ce dernier. C'est ainsi, qu'en tant que financier, la question que je me pose est de savoir, comment le président Macky Sall, un initié du domaine du Pétrole, a pu maintenir en 2012, la suite de son accession au pouvoir, ce contrat frauduleux?

Comment le président Macky Sall qui avait ordonné une enquête l'IGE dans ce dossier, (enquête qui a démontré une fraude et une violation de la loi de la République sur ce dossier du pétrole), a pu faire fi des conclusions de l'enquête et signer tout de même le décret validant ce contrat signé par l'ancien régime et son ministre de l'Energie Karim Wade ?

J'affirme que le maintien de ce contrat est doublement machiavélique car visant d'une part de conclure un nouveau « deal » avec les signatures de ses adversaires politiques afin de les faire taire sur ce dossier et d'autre part, si jamais ce deal venait éclater de les accuser par une justice au doigt et l'?il et ainsi les écarter définitivement en tant qu'adversaires politiques.

Le mobile du président Sall est donc évident avec son frère Aliou Sall qui collabore avec Timis, et pour preuve son ministre de l'Energie Aly Ngouille Ndiaye, n'a pas réalisé une re-vérification technique du dossier laissé par son prédécesseur, Karim Wade. Le rapport qu'il a donc eu présenter ne pouvait donc être que fallacieux et mensonger. Pourtant, le président Macky Sall a apposé sa signature sur des décrets validant un contrat que ses prédécesseurs n'auraient jamais dû entamer!

2019 - Rapport IGE et reportage BBC : le scandale éclat

En Mai 2019, ce fut l'éclatement du scandale! La BBC publie des preuves concernant principalement le contrat de vente de 30 % stipulant la cession du contrat frauduleux BP par Timis pour le versement de 144 milliards de FCFA ; et le contrat de travail du sieur Aliou Sall signé par Timis et mentionnant un salaire mensuel sur 5 ans de 1.5 million de dollars. Le contrat BP-TIMIS octroie aussi Timis des royalties sur 30 ans indexés sur le prix du baril de pétrole et estimées 6.000 milliards de FCFA sur le long terme. Une somme reverser dans des sociétés aux Iles Caïmans. Et c'est l qu'il devient fort intéressant de comprendre le modus operandi et l'ingénierie de Timis en tant que spéculateur et expert du blanchiment.

En 2024, quand il quittera le palais le président Sall a uniquement le dossier petrotim comme problème pouvant le rattraper et menacer sa famille. Il ne dormira sur ses deux oreilles qu'avec la certitude que ceux qui sont au pouvoir n'ont pas intérêt mettre ce dossier en investigation. Et qui en dehors de ceux l qui ont signé ce contrat, pourrait lui en apporter la garantie ?

moussa bala fofana

Nous vous recommandons