SCENES DE PUGILATS À ASSEMBLEE NATIONALE : Les députés Cheikh Abdou Mbacké Bara Doly et Alioune Badara Diouf se bagarrent après des échanges d'insultes

Par , publié le .

Actualité

Alors que les Sénégalais, frappés de plein fouet par le coronavirus et meurtris par les multiples morts des jeunes candidats à l'émigration clandestine, les députés Cheikh Abdou Mbacké Bara Doly de Bokk Guiss Guiss et Alioune Badara Diouf de l'Apr ont une nouvelle fois donné raison à tous ceux qui disent qui se demandent s'il ne faut pas bruler l'Assemblée nationale. En effet, en marge du marathon budgétaire, les deux parlementaire en sont venus aux mains comme de vulgaire personnage, jetant par le même occasion le discrédit et la honte sur l'institution qu'est l'Assemblée nationale.

Selon certaines sources qui se sont entretenus avec Les Echos, la scène de pugilats qui a eue comme scène le hall de l'institution parlementaire, a commencé au sein même de l'hémicycle. En effet, c'est lors de sa prise de parole en marge du passage du Ministre de la Microfinance et de l'Economie sociale et solidaire, le député Bokk Guiss Guiss du département de Mbacké a, en un moment donné de son speech, versé dans de ce qu'on pourrait qualifier de l'autoglorification.

« […] Je ne peux me permettre de faire certaines choses parce que je suis un religieux, un kilifeu (notable) et un domou daara (enfant passé par l'école coranique) […]», a énuméré le marabout politiciens. Avant que son collègue député Alioune Badara Diouf de l'Apr ne lui fait la remarque « ak truand (il faut ajouter truand dans ton énumération). ». Très fâché contre cet affront, le Mbacké-Mbacké rétorque « man ak sa Baye ak sa Yaye (Si je suis un truand, ton père et ta mère le son en même temps que moi) ».

Le député des Parcelles Assainies n'a visiblement supporté l'insulte de son collègue. Les deux députés en sont ainsi venus aux mains, se bagarrant comme deux jeunes garçon de 8 ans. Preuve que les choses étaient plus que sérieuses, les deux protagonistes ont dû être séparés à deux reprise. En effet, séparés par leurs collègues, les deux députés ont remis ça avant que d'être une nouvelle fois partagés par les gendarmes.

LES ECHOS

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut