Secret Story : Benjamin Castaldi révèle qu’un prêtre homosexuel a été recalé du casting

Par , publié le .

Actualité

L’animateur assure qu’aujourd’hui, un tel profil serait accepté dans l’émission. Mais selon Benjamin Castaldi, la production a eu peur au moment du casting en 2007.

Benjamin Castaldi a présenté Secret Story pendant plusieurs années, digne hériter de Loft Story. L’animateur connait parfaitement les coulisses d’une télé-réalité culte diffusée sur TF1. De 2007 à  2014, l’homme a accompagné de nombreux candidats avec un concept simple : chacun a un secret et doit le protéger pour conserver sa cagnotte. Et maintenant que Secret Story est terminé depuis plusieurs années, Benjamin Castaldi n’hésite plus à  en dévoiler les coulisses. La dernière révélation en date nous apprend que la production de la télé-réalité a recalé un prêtre homosexuel à  son casting par peur des réactions.

Benjamin Castaldi présentait le 6 à  7 sur C8, le 17 septembre, première partie d’émission avant Touche pas à  mon poste. L’animateur est alors revenu sur une séquence de la veille pendant laquelle les spectateurs ont appris qu’un prêtre, le père Matthieu, a suscité de vives réactions en tant que star du réseau social TikTok. Un prêtre défendu par les chroniqueurs de Touche pas à  mon poste alors que l’homme pourrait être sanctionné. La conférence des évêques de France a fait savoir qu’elle désapprouve cette mise en avant sur Internet, estimant que les vidéos « dénaturent le message l’Eglise ».

Et cette séquence à  propos d’un prêtre a rappelé une anecdote à  Benjamin Castaldi en lien avec Secret Story. Lorsque la célèbre télé-réalité était diffusée, la production a refusé un profil bien précis, confie l’animateur : « Il était prévu d’avoir un prêtre défroqué homosexuel (.) à  l’époque, on n’a pas été au bout du casting ». La production avait tout simplement « peur de ce secret, pour les mauvaises raisons évidemment, mais à  l’époque je pense qu’on était pas prêts ». Et Benjamin Castladi précise même : « Aujourd’hui, je pense qu’on l’aurait assumé, qu’on l’aurait fait ».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)