Seins nus sur le tapis rouge de Cannes, une femme dénonce les violences sexuelles en Ukraine

Par , publié le .

Actualité

Une militante féministe fait irruption sur le tapis rouge pour dénoncer les violences sexuelles des Russes en Ukraine.

Le Festival de Cannes est une formidable vitrine pour le cinéma, et pas uniquement français. Les stars sont présentes sur la Croisette, l’événement fait l’actualité aux quatre coins du globe. L’occasion de faire passer des messages forts. Certains anonymes en profitent pour dénoncer aussi. Ce fut le cas sur le tapis rouge ce vendredi soir.

En effet, ce vendredi 20 mai, vers 18 h 30, à  l’heure o๠les stars défilent sur le tapis rouge, une activiste féministe a fait irruption, vêtue d’une simple culotte et maculée de peinture rouge. Le torse de la jeune femme était peint de jaune et bleu, couleurs de l’Ukraine, et le message «stop raping us» («arrêtez de nous violer» en français) était écrit sur sa poitrine.

Une irruption remarquée, une protestation maintes fois photographiée pour quelques petites secondes seulement avant que les services de sécurité de l’événement ne l’attrape et la recouvre d’un manteau avant de l’escorter loin des photographes et des stars, estomaquées.

Une petite demi-heure plus tard, le collectif français d’»activistes féministes radicales» SCUM revendiquait cette protestation. Pour ce mouvement, il s’agit là  de «dénoncer les viols de guerre subis par les Ukrainiennes». Le rouge de sa culotte symbolisant bien évidemment les viols, agressions et autres tortures sexuelles commis par les soldats russes sur les Ukrainiennes depuis le début de leur invasion.

Il y a un plus d’un mois maintenant, le président ukrainien Volodymyr Zelenski alertait la communauté internationale de la multiplication de ces exactions : «Des centaines de cas de viol ont été enregistrées, y compris ceux de jeunes filles mineures et de tout petits enfants. Même d’un bébé ! Cela fait peur rien que d’en parler.» Un certain nombre d’enquêtes ont été lancées depuis par la justice ukrainienne. Même la Cour pénale internationale s’y intéresse de près.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)