SEMAINE A KOUMPENTOUM : Le corps de l’élève Seynabou Diagne retrouvé à  la morgue

Par , publié le .

Actualité

 

Une semaine de recherches et d’angoisse pour les proches de Seynabou Diagne, alors que son corps reposait à  la morgue, presque méconnaissable. Une sombre affaire qui s’apparente à  un suicide sur fond de mariage forcé.

 

Depuis 10 janvier 2020, S. Diagne était portée disparue. L’élève en classe de seconde au lycée Bouna Sémou Niang de Koumpentoum, a fait l’objet d’intenses recherches de ses proches qui se sont inquiétés jusqu’à  ce samedi 16 janvier, o๠la nouvelle de sa mort les a atterrés.

En effet, la nouvelle du décès d’une fille aux abords de la route nationale 1, à  hauteur de Koumpentoum-Socé, un village de ladite commune, a vite fait le tour du Niani. Ce que l’on subodorait s’est avéré vrai. Il s’agissait de S. Diagne dont la disparition faisait la une des réseaux sociaux dans le département, depuis quelque temps. Un corps sans vie avait été déposé à  la morgue, depuis le dimanche 10 janvier. Il a été identifié comme étant celui de Seynabou Diagne.

La demoiselle Diagne habitait avec ses parents à  Patoulane, dans la commune de Pass Coto, avant de déménager à  Payar. Elle s’était rendue à  Koumpentoum, après l’obtention de son Bfem, pour poursuivre ses études. Décrite comme une fille intelligente et studieuse, contre toute attente, elle a fugué de la maison de son tuteur. Elle est partie sans rien emporter, juste son téléphone portable avec lequel elle a envoyé un message vocal à  son tuteur et à  sa copine. Dans ce message, elle les remercie de leur sollicitude, du soutien et de l’amour qu’ils lui ont témoigné, pendant son séjour à  Koumpentoum. Ce message aux allures d’adieu ne mentionne nullement la destination ou l’intention de son émetteur. Elle est sortie alors nuitamment de sa chambre (dimanche 10 janvier) pour certainement se jeter au-devant d’un camion malien qui roulait à  vive allure vers la sortie est de Koumpentoum.

Violemment heurtée et dans un état piteux, il a fallu une semaine (ce dimanche 17 janvier 2021), pour qu’elle soit enfin reconnue à  travers les photos publiées sur les réseaux sociaux. C’est à  partir des habits qu’elle portait qu’elle a été identifiée par ses tuteurs.

La gendarmerie poursuit néanmoins son enquête ouverte, depuis le 10 janvier, car son portable qu’elle gardait par-devers elle a été pisté à  Keur Mbaye Fall. Concernant le chauffeur malien, il a été arrêté et déféré, depuis le mercredi dernier, pour homicide involontaire.

L’enquête est en cours, alors que des hypothèses sur les raisons de son probable suicide sont avancées par les uns et les autres. Celle qui retient plus les attentions est un supposé mariage forcé que la fille voulait éviter. Selon nos sources, elle aurait accepté de se marier à  un cousin dans un premier temps, avant de revenir sur sa décision. D’ailleurs, le prétendant qui lui avait acheté un portable, avait, pendant les jours qui ont précédé sa disparition, essayé de la joindre plusieurs fois sans succès. C’est ainsi qu’il s’en est ouvert à  son oncle. Ce dernier a appelé Seynabou pour lui parler. Ce fut leur dernière conversation et sà»rement la goutte qui a fait déborder le vase.

En tout état de cause, les éléments de la brigade de gendarmerie de Koumpentoum sont à  pied d’Å“uvre pour élucider cette affaire qui est loin de connaitre son épilogue. Affaire à  suivre.

Boubacar Agna Camara

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut