Serigne Abdoulahi Mbackè [15 janvier 1960- 15 janvier 2020], 60 ans déjà: Retour sur la vie et l'œuvre d'un soufi achevé

Serigne Abdoulahi Mbackè [15 janvier 1960- 15 janvier 2020], 60 ans déjà: Retour sur la vie et l'œuvre d'un soufi achevé

Leral Il y'a 1 semaine  Source
Serigne Abdoulahi Mbacké Borom Deurbi est le cinquième fils de Serigne Touba après Serigne Mouhammadou Moustapha Mbacké, Serigne Fallilou Mbacké, Serigne Mouhammadou Lamine Bara Mbacké et Serigne Bassirou Mbacké, Serigne Adoulahi Mbacké. Il est venu au monde un jour de 1907 à Thiéyène, dans le Djoloff, après l'exil du Cheikh en Mauritanie.

Sa mère, Soxna Fatima Koubra Al Kuntiyu, était la petite fille de Cheikh Sidy El Moukhtar Al Kuntiyu, un grand Saint homme qui vivait en Mauritanie. On apprend que Serigne Touba fut très heureux de cette venue au monde de Serigne Abdoulahi Mbacké et il sortit un ouvrage intitulé « Minal Haqqi » et déclara que chaque personne qui le regarde ira au Paradis.

Quelques jours après sa naissance, Serigne Touba avait écrit dans un bout de papier le Nom de ''Abdoulahi'' et ordonna à Serigne Mactar Binta Lô de le prononcer. D'autres soutiennent par contre, que c'est Serigne Amsatou Diakhaté qu'il avait demandé de donner le Nom ''Abdoulahi''.
Dans tous les cas, c'est dans cette même occasion que Serigne Touba écrive un ouvrage intitulé ''Al Khadï '' et déclara que le nouveau venu à amener avec lui plusieurs grades.

Son apprentissage et sa maîtrise du Coran
Serigne Abdoulahi Mbacké passa ses premières années au Djoloff. Il sera confié à Serigne Abdou Rahman Lô à Darou Halimoul Khabir pour son apprentissage coranique. Il était d'une intelligence phénoménale et d'une mémoire prodigieuse, il maîtrisa le Saint Coran très tôt et en écrivit une copie pour le Cheikh qui fût très heureux. On apprend qu'une fois, il avait écrit un livre de sa propre main qu'il remettra au Cheikh. Ce dernier fût très heureux et en prenant ce livre écrit en bas en guise de signature « Hâdhâ khattu Yamini » : « ceci est ma propre plume ».

Pour également approfondir ses connaissances, il est passé entre les mains de Mame Thierno Ibra Faty, Serigne Cheikh Bousso Kany. Il passa quelques temps à Darou Mouhty, chez Mame Thierno Ibrahima Faty avant de retourner à Diourbel. Arrivé à destination, il demanda au Cheikh que c'est lui-même qu'il veut qu'il l'apprenne à approfondir ses connaissances. Mais ce dernier dira qu'il n'avait plus de temps mais Serigne Abdoulahi insista et le Cheikh accepta de lui faire cette faveur. Serigne Touba s'enfermait presque des jours et des jours dans des Cases avec Serigne Abdoulahi. Et un jour, il en sortit très fatigué et il déclara que là où vit Serigne Touba il ne mange pas et ne boit pas.

Serigne Abdoulahi Mbacké apprit beaucoup, diversifia ses connaissances, montre des qualités les plus honorables.

Intelligent, cultivé...
Nous pouvons noter également que Serigne Abdoulahi avait la chance de vivre à la demeure du Cheikh à Diourbel car Serigne Touba n'acceptait pas que les personnes vivent dans sa maison à Diourbel. Serigne Abdoulahi avait bâti une pièce qu'il baptisa « TOUBA » et dans laquelle il se recueillait des pratiques de dévotion. Il était une personne dotée d'un savoir dans plusieurs domaines à savoir le domaine Islamique, dans le domaine de l'agriculture, de l'Astronomie, de la médecine etc.

De ces activités, il fonda quelques villages dont Tip, Bogo, Sadio, Gnibi Lambay etc. En 1930, il fonda à 7Km de Touba son village qu'il baptisa Darou Rahman, du nom du lieu où il vit le jour. Il éduquait ses talibés dans l'adoration de Dieu et le respect du travail.
Dans cette terre qu'il appela ''Der'', il y'avait des points d'eau mais de son ouverture d'esprit et de par son intelligence, il décida de rassembler ses chutes d'eau jusqu'à ce qu'il devienne une rivière. Il chercha des poissons à Saint-Louis qu'il mettra dans cette rivière. Cette dernière va finalement abriter de nombreux poissons. Et cette terre fût un patrimoine extraordinaire et toutes ses rations alimentaires venaient de cette terre.

Il cultivait de l'arachide, le riz sans oublier les légumes et fruits. Il faisait aussi le commerce et l'élevage. Serigne Abdoulahi Mbacké était un trésor de qualités : un courage inégalable, une noblesse d'âme, une intelligence parfaite. Il enseignait les oeuvres du Cheikh et était très doué dans l'enseignement. Beaucoup de noms d'aujourd'hui sont issus de sa formation qui était très rigoureuse. Il faut aussi signaler que tous les Hommes qui étaient auprès du Cheikh disaient que c'était lui seul qui ressemblait au cheikh sur le plan Physique et il avait la même voix que le Cheikh.

Rappel à Dieu
Le 15 janvier 1960, Serigne Abdoulahi Mbacké s'éteignit, laissant les talibés dans un profond désarroi. Il est enterré dans les cimetières de Touba. Ses descendants dont Serigne Cheikh Darou Rahman était son premier khalife. Il est décédé dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mars 2019. Que la Terre lui soit légère. Serigne Modou Habib Mbacké est son actuel khalife. Il a hérité sa sagesse et ses qualités.
Nous lui souhaitons, une longue vie et beaucoup de réussite dans tous ses projets.



Nous vous recommandons