Thiantacounes

Par , publié le .

Actualité

Les organisations de défense des droits de l'Homme sont préoccupées par la récurrence des grèves de la faim des 16 thiantacounes poursuivis depuis le 26 avril 2012, dans l'affaire du double meurtre de Bara Sow et Ababacar Diagne, à Keur Samba Laobé (Médinatou Salam). Incarcérés à la Maison d'arrêt de Thiès pour les faits d' »homicide avec actes de barbarie, non-dénonciation de crimes, association de malfaiteurs, détention d'armes à feu sans autorisation administrative, infraction aux lois sur les inhumations'', ils attendent toujours d'être jugés.

Cela, d'autant que l'instruction a été bouclée en 2013 et que leur guide Cheikh Béthio Thioune, inculpé dans cette affaire, bénéficie d'une liberté provisoire. Face à cette situation, la Ligue sénégalaise des droits humains, la Rencontre africaine de défense des droits de l'Homme et Amnesty Sénégal disent « regretter la persistance des longues détentions au Sénégal nonobstant l'institution des Chambres criminelles au niveau des Tribunaux de grande instance. Aussi appellent-elles (les organisations) l'Etat du Sénégal à se conformer aux dernières recommandations du Comité des Nations unies contre la Torture''.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut