«Tu vas la fermer !» : nuit agitée à  l’Assemblée autour de la question des soignants non vaccinés

Par , publié le .

Actualité

La séance qui portait sur la réintégration des soignants non-vaccinés a fait l’objet d’une suspension après l’invective du député Olivier Serva.

La séance qui portait sur la réintégration des soignants non-vaccinés a fait l’objet d’une suspension après l’invective du député Olivier Serva.

On avait beau se préparer à  ce que l’ordre du jour réservé au groupe LFI à  l’occasion de sa niche parlementaire ne soit pas de tout repos, la fin de séance à  l’Assemblée nationale a été le moment d’échanges plutôt vifs. Et sur fond de question sur la réintégration des personnels soignants non vaccinés contre le Covid.

L’origine ? Olivier Serva, député de Guadeloupe (groupe LIOT) qui estimait que son intervention au micro ne faisait pas l’objet d’une attention suffisante, et qui a lancé «Tu vas la fermer !» à  l’attention d’un élu Renaissance.

Il n’en fallait pas plus pour que la séance soit interrompue pour quelques minutes. Au retour, Olivier Serva dénoncera la façon dont les débats ont été ralentis : «Vous utilisez des subterfuges petits, comme vos idéaux, vous salissez la démocratie avec vos bassesses, vous êtes minoritaires, acceptez-le».

Et c’est un autre député, Jean-Philippe Nilor (Martinique, LFI) qui lui prêtera alors mains forte :

Finalement, le texte n’a pas été adopté alors que tout indiquait que LFI, Le Républicains et le Rassemblement national avaient le poids pour parvenir à  leurs fins. La niche parlementaire se finissant règlementairement à  minuit, les débats n’ont pu reprendre.

Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a évoqué «un niveau de tension jamais vu en douze ans au Parlement (.) J’aurais aimé que vous mettiez la même énergie lorsqu’il fallait voter des mesures difficiles pour protéger les Français, comme les couvre-feux».

Par ailleurs, au vu du très grand nombre d’amendements déposés, le député Aymeric Caron (Paris, Nupes) avait préféré retirer son texte visant à  l’interdiction de la corrida.

En revanche, les députés ont pu d’abord trouver un consensus relative à  la future inscription de l’Interruption volontaire de grossesse dans la Constitution de la République.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)