Visite d’Ousmane Sonko à  Touba: «Les propos du khalife sont pour tout le monde», (FRN)

Par , publié le .

Actualité

C’est une mise au point. Le coordonnateur du Front de résistance nationale (FRN), Moctar Sourang a apporté sa part de vérité sur le discours prononcé par le Khalife général des mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Ceci, lors de la visite de courtoisie du leader du Pastef/ Les patriotes Ousmane Sonko. Pour beaucoup, le religieux a asséné des vérités crues à  l’encontre de ce dernier. Que nenni, selon le Président du Parti Union nationale patriotique (UNP). «Malheureusement dans la presse, il y a beaucoup de manipulations. Ce que le khalife a dit, il l’a toujours dit. Personne ne souhaite qu’il y ait des morts. Maintenant, il s’est passé des choses très graves. Les propos du khalife sont pour tout le monde. On a expliqué au khalife qu’il y a eu des milices lors de ces manifestations. Or, nous avons tous vu des gens armés qui ont tenté au départ de faire peur aux manifestants », a-t-il expliqué. 

Moctar Sourang d’assurer que que personne n’était derrière ce mouvement. Mieux, aucun parti politique ne contrôlait le mouvement. «C’est pourquoi, il est dangereux d’affaiblir l’opposition. Parce ce que, ces genres de mouvements échappent à  tout le monde. Ce sont des mouvements de masse qui suivent leur logique. Il se pourrait qu’il y ait des repris de justice, des bandits qui en ont profité, mais ça on ne peut pas le mettre dans le compte de l’opposition », souligne-t-il.

Avant de poursuivre: «On parle de commission d’enquête, mais dès le départ on a accusé Ousmane Sonko. Or, quand il y a eu des évènements, je suis allé sur le terrain pour voir ce qui s’est passé. Je connais comment fonctionnent les mouvements de masse ». Le président de l’UNP a, toutefois, fait remarquer: « Je l’ai fait, parce qu’à  un moment donné, on a parlé de mercenaires qui sont venus d’ailleurs. Est-ce que vous avez vu quelqu’un qui a été arrêté et qui était venu d’ailleurs? C’était des jeunes sénégalais qui étaient là  pour manifester. J’ai vu des jeunes qui ne reculaient devant rien du tout. Ils n’avaient pas peur de la mort ».

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut