VOLS AGGRAVES MULTIPLES : Boy Djinné en route vers la liberté

Le parquet a requis l'acquittement de Baye Modou Fall alias "Boy Djinné'', accusé, avec 10 autres personnes, de vols aggravés multiples. En revanche, ses co-accusés encourent des peines comprises entre 3 ans ferme et 20 ans de travaux forcés.

Après plusieurs renvois, l'affaire de vols aggravés multiples, impliquant Baye Modou Fall alias "Boy Djinné'' et 10 autres personnes, a été jugée hier par la Chambre criminelle de Dakar. Un dossier qui risque encore de finir en ballon de baudruche pour le célèbre as de l'évasion, si la chambre suit le parquet dans son réquisitoire.

En fait, le maitre des poursuites a demandé que Boy Djinné soit tout simplement acquitté, puisque sa participation aux 22 cas de vols aggravés déférés dans ce dossier n'est pas établie.

Dans ce dossier, les victimes sont nombreuses et même Wally Seck en fait partie, mais seul le cambiste Hamidou Ly a comparu hier. D'ailleurs, c'est partir de sa plainte déposée la Sûreté urbaine de Dakar que les accusés ont été arrêtés. Le plaignant disait avoir été victime d'agression suivie du vol de son sac contenant un carnet de chèques de la banque Cbao, les clefs de son bureau et de son coffre-fort, deux téléphones portables de marque Samsung et la somme de 13 millions de francs Cfa. Le cambiste soutenait avoir été victime d'une attaque, dans la nuit du 9 au 10 août 2013, par deux individus bord d'un scooter, armés de coupe-coupe et munis d'une arme factice.

Ils l'avaient blessé avant de le dépouiller de tous ses biens. Et grâce aux chèques volés, les enquêteurs n'ont pas eu beaucoup de peine pour appréhender les suspects. Le même jour, le chef de l'agence Touba Sandaga les informait de ce qu'un individu avait tenté d'encaisser le chèque d'un montant de 2,4 millions de francs Cfa tiré du carnet de chèques volé de Hamidou Ly. A la même date, le chef d'agence de la Cbao de Yoff Apix renseignait les policiers de l'interpellation, par ses hommes, d'un certain Ndiaga Diagne.

Celui-ci essayait d'encaisser un autre chèque d'un montant de 1,200 million F Cfa. Le suspect sera cueilli par les éléments de la Sûreté urbaine qui ont, par la suite, arrêté successivement les nommés Alioune Diagne et El Hadj Ibrahima Cissé alias "Baye Niasse''. En poursuivant leurs investigations, ils ont aussi mis la main sur Mansour Diop alias "Thialé'' et Amath.

Un seul aveu

Hier, la barre, la victime a formellement identifié Thialé et Baye Niasse comme faisant partie de ses agresseurs. Mais ces derniers ainsi que les autres accusés ont plaidé non coupable, l'exception d'Amath Dièye, le seul reconnaître les faits.

Toutefois, ce dernier n'a reconnu que l'agression perpétrée contre le sieur Ly et en compagnie de Thialé et Baye Niasse, la veille d'une fête de Korité. Cette nuit-l, ils revenaient d'un match de football au lycée Lamine Guèye, quand Baye Niasse leur a fait savoir que Ly possédait de l'argent, puisqu'il le connaissait. Sur ces entrefaites, ils l'ont attaqué devant son enfant de 5 ans et se sont rendus Grand-Yoff pour le partage du butin. Chacun a reçu 4 millions.

En revanche, Amath a allégué qu'ils n'étaient pas armés. Sauf qu'il a été confondu par certaines victimes qui ont soutenu que l'accusé était armé d'un pistolet 9 mm. Amath l'a nié catégoriquement, soutenant que c'était la seule et unique fois qu'il agressait une personne. "Je ne suis pas un agresseur. C'était la seule fois et je le regrette, car c'est une erreur de jeunesse. Si c'était refaire, je ne le referais pas, car je suis en train de subir les conséquences de mon acte'', s'est-il défendu.

Ses accusations ont été contestées par Thialé et Baye Niasse. "Il ne raconte que des contrevérités. Je n'ai que des relations commerciales avec Baye Niasse, car c'est lui qui me vend des chaussures. Amath, on joue au football ensemble les dimanches. Je ne connais que le football. J'étais pensionnaire Aldo Gentina pendant 10 ans. Si j'avais participé l'agression, je serais parti jouer l'étranger avec les 4 millions que j'aurais reçus'', a déclaré Thialé, identifié par certaines victimes qui soutiennent même qu'il s'armait de couteau. Ce qu'il a réfuté, prétextant qu'il a des problèmes la main droite. "C'est cause de ces fausses accusations que je me suis évadé de prison, mais je n'ai rien fait'', a-t-il ajouté.

Niant les faits d'agression, Baye Niasse a reconnu avoir remis Aliou Diagne un chèque en guise de paiement d'un téléphone portable qu'il avait acheté auprès de ce dernier. Sur la provenance du chèque, il a indiqué qu'Amath le lui a versé en guise de paiement de 20 paires de chaussures, raison de 30000 F Cfa la paire.

"Je devais retirer 1,2 million et lui garder les 600 000 F restants'',a-t-il a déclaré. Ses dénégations ont été battues en brèche par Amath qui a persisté dans ses aveux, en révélant qu'une fois en prison, Baye Niasse lui a même proposé la somme de 700 000 F pour qu'il le disculpe.

Entendu son tour pour le cambriolage raté chez un Chinois, Mame Demba Diatta a laissé entendre qu'il accompagnait un certain Moussa qui lui avait fait croire qu'il devait récupérer de l'argent auprès de quelqu'un. Avant même de réaliser ce qui se passait, il a reçu trois balles. Il a ajouté qu'il était ivre cette nuit-l et qu'il s'agissait d'une maison en construction. En revanche, comme il l'a fait devant le juge d'instruction, il a disculpé Mamadou Lamine Diallo, mais également Boy Djinné. Car il aurait déclaré l'enquête que ce dernier était venu avec son véhicule.

"On m'a extrait de prison pour me demander si je connaissais mes co-accusés. Je suis victime d'un règlement de comptes entre policiers. Lors de l'attaque du Chinois, ma voiture était au garage, suite un accident'', s'est défenduBoy Djinné dont les propos ont été confirmés par son mécanicien. L'accusé a pris également la défense de Diallo en soutenant qu'il a été torturé la police. Les présumés receleurs, Arfang Fall et Moustapha Wilane, ont allégué qu'ils ignoraient l'origine frauduleuse des marchandises achetées. Tandis qu'Ousmane Tine a nié avoir acheté un téléphone auprès d'Amath et a écarté la rébellion.

20 millions de dommages et intérêts réclamés

Mais pour l'avocat de la partie civile, tous les accusés sont coupables et ont agi en bande. Pour le préjudice, Me Aboubacry Barro a réclamé 20 millions au titre de dommages et intérêts. "Lui et son fils auraient pu perdre la vie. Mon client porte toujours les séquelles de l'agression, il a dû mal dormir et a peur de sortir la nuit'', a justifié l'avocat irrité par l'attitude des accusés la barre.

"Ce qu'ils ont fait, c'est lâche! C'est un vol aggravé et ils ne sont pas des hommes. Un vrai doit reconnaître, mais ils sont l contester et rire sous cape'', s'est emporté Me Barro.

Cependant, pour le maitre des poursuites, il y a deux innocents parmi les accusés. Il s'agit non seulement de Boy Djinné, mais également de Ndiaga Diagne. Le substitut Saliou Ngom est persuadé que si ce dernier se doutait de quelque chose, au moment du retrait du chèque, il allait fuir, comme l'a fait Alioune Diagne. C'est pourquoi il a requis son acquittement au bénéfice du doute, avant de demander 5 ans ferme et un mandat d'arrêt contre le sieur Alioune Diagne.

Les présumés receleurs Arfang Fall et Moustapha Wilane encourent 10 ans de travaux forcés. Poursuivi pour rébellion et détention d'arme blanche, Ousmane Tine, qui s'était opposé son arrestation, risque 3 ans ferme. Amath, Thiale, Baye Niasse, accusés par le parquet d'avoir semé la terreur au sein des populations, risquent 20 ans de travaux forcés, tandis queMame Demba et Mamadou Diallo encourent 12 ans de travaux forcés.

Acquittement et clémence

La défense a plaidé entre acquittement et clémence. Avocate de Moustapha Wilane, Me Ndèye Arame Seck considère que "son client est victime de malchance, pour s'être retrouvé au mauvais moment et au mauvais endroit''. "Il a été agressé par Thialé qui l'a accusé injustement, parce qu'il avait déposé une plainte contre lui'', a-t-elle avancé.

Les conseils d'Amath Dièye ont laissé entendre que leur client est un agresseur occasionnel et de bonne foi, et mérite une seconde chance.

Assurant les intérêts de Boy Djinné, Me Abdoulaye Tall et Moulaye Kane ont décrié la procédure, mais également toutes les "rumeurs'' distillées sur l'accusé. "Sa seule faute, c'est de s'être évadé pour ne pas subir une injustice, mais Baye Modou Fall n'a jamais agressé quiconque. Il n'est pas un djinn, mais un simple humain accusé injustement'', a martelé Me Tall.

Quant Mes Ndèye Fatou Sarr et Maïmouna Dièye, elles ont dénoncé la torture subie par Mamadou Lamine Diallo, alors qu'il se rendait une soirée dansante, sur invitation de Mame Demba.

Me Ousmane Thiam, pour sa part, estime que le parquet devait aller jusqu'au bout de sa logique, en acquittant Baye Niasse, puisqu'il ne peut pas être condamné sur la base des déclarations d'un co-accusé.

La chambre criminelle rend son verdict le 2 juillet prochain.

FATOU SY

Nous vous recommandons