Au Maroc, des héroïnomanes sombrent dans le fief du cannabis

Afn360 Le 2019-10-06  Source

Dans un squat jonché de déchets, près de Tétouan, des héroïnomanes se shootent ou inhalent les vapeurs de poudre brune : dans le nord du Maroc, grand producteur de cannabis qui abrite des réseaux de contrebande, l'héroïne est devenue un fléau.

Rachid "ne fait rien" de sa vie, " part s'injecter de l'héroïne"."Je me pique quatre ou cinq fois par jour", lance cet homme de 34 ans, un filet de bave au coin des lèvres et le souffle saccadé.

Il montre ses bras, marqués depuis dix ans par les traces d'aiguilles, puis sniffe de la colle pour "prolonger son état d'euphorie".

A ses côtés, une demi-douzaine de marginaux toxicomanes,bras tailladés pour certains,...

Nous vous recommandons